Une politique d'entreprise trop générale peut violer des droits fondamentaux

Publié le 16/10/2010 à 00:00, mis à jour le 19/10/2010 à 14:28

Une politique d'entreprise trop générale peut violer des droits fondamentaux

Publié le 16/10/2010 à 00:00, mis à jour le 19/10/2010 à 14:28

Une politique interdisant à tous les employés le port de tout bijou et les obligeant à porter des protecteurs auditifs partout dans l'usine est jugée contraire aux droits fondamentaux, selon l'arbitre de grief qui a rendu une décision dans l'affaire Siemens et Syndicat national de l'automobile, de l'aérospatiale, du transport et des autres travailleurs et travailleuses du Canada (TCA-Canada), AZ-50644401.


Les faits


En 2007, à la suite d'une recommandation unanime du comité paritaire patronal-syndical de santé et sécurité du travail, Siemens décide d'implanter une nouvelle politique en matière de santé et sécurité dans une de ses usines de fabrication de panneaux électriques résidentiels et commerciaux.


Deux volets de cette politique sont contestés. Le premier interdit aux salariés de l'usine de porter tous types de bijoux, foulards et écharpes. Le deuxième oblige tous les salariés, dès qu'ils franchissent la porte d'entrée de l'usine, à porter des protecteurs auditifs. Le syndicat allègue que cette politique viole le droit à l'intégrité et le droit à la vie privée des salariés. Il en conteste donc la validité, de même que les mesures disciplinaires imposées en vertu de cette politique.


La décision


Le tribunal d'arbitrage examine d'abord l'obligation de porter des protecteurs auditifs. Pour lui, il ne fait aucun doute que ce volet de la politique, dont la finalité est d'amoindrir l'ouïe d'une personne, constitue une atteinte à son intégrité physique et viole, par conséquent, un de ses droits fondamentaux garantis par la Charte des droits et libertés de la personne.


L'interdiction du port de tout bijou, quant à elle, touche directement l'image d'une personne, son apparence personnelle. Or, il est reconnu depuis longtemps que le droit à l'image est une des composantes du droit à la vie privée. Selon l'arbitre, ce droit ne s'arrête pas aux portes de l'usine et un salarié peut projeter l'image de sa personne comme il le désire, à l'usine comme à la maison.


À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 20 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

19/09/2018 | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

19/09/2018 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.