Travailler en français: le bilinguisme très présent

Publié le 28/11/2012 à 10:58, mis à jour le 28/11/2012 à 10:58

Travailler en français: le bilinguisme très présent

Publié le 28/11/2012 à 10:58, mis à jour le 28/11/2012 à 10:58

Bien qu’une majorité de Québécois utilisent le français comme langue principale de travail, le bilinguisme est en hausse, surtout dans la région de Montréal.


L’Office québécois de la langue française (OQLF) en vient à cette conclusion, à la suite de nouvelles études rendues publiques mardi sur l’évolution du français dans les milieux de travail. Ces études se basent principalement sur des données des recensements de 2006 et de 2010, mais également des recensements précédents, pour dresser un portrait de la situation à partir de 1971.


La présidente-directrice générale de l’OQLF, Louise Marchand, estime que le principal défi pour son organisme est de «trouver le juste équilibre entre le droit de travailler en français, garanti par la Charte de la langue française, et les besoins spécifiques des entreprises en matière de postes bilingues».


Selon les dernières données de 2010, 89% des Québécois utilisent le français comme langue principale de travail – c’est-à-dire pendant au moins la moitié du temps –, alors que la proportion descend à 80% pour la région de Montréal.


Cela constitue un recul de 2 points par rapport aux chiffres de 1989 pour l’ensemble du Québec – et de 5 points en ce qui concerne la région de Montréal.


De 1971 à 1989, la proportion des travailleurs parlant principalement le français dans leur milieu de travail avait considérablement augmenté: elle était passée de 83% à 91% au Québec, et de 69% à 85% dans la région de Montréal.


Sur le même sujet

Quels sont les pires défauts de vos collègues?

31/03/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il y a le râleur, le casse-pieds, le fainéant,... Voici les profils des collègues que vous aimez détester.

Comment rendre la gentillesse contagieuse au bureau?

Mis à jour le 30/03/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La gentillesse. Une rareté, de nos jours. Et pourtant, nous aurions tant à gagner à y recourir davantage.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les trois secrets des entrepreneurs qui obtiennent des millions en capital de risque

BLOGUE. Jeffrey Bussgang a dévoilé les caractéristiques que lui et ses confrères recherchent dans un entrepreneur.

Les Canadiens en vacances aux É-U devront y mettre le prix

12:48 | Jean Gagnon

Les vacanciers canadiens qui visiteront les plages américaines cet été devront être prêts à y mettre le prix.

Le «shadow banking» en Chine a le potentiel de déstabiliser le monde, selon Michael Sabia

Les activités de crédit non réglementées en Chine, ou shadow banking, représentent un risque pour l'économie mondiale.