Sauter une coche au bureau, c'est inacceptable !

Publié le 11/06/2011 à 00:00, mis à jour le 17/06/2011 à 13:30

Sauter une coche au bureau, c'est inacceptable !

Publié le 11/06/2011 à 00:00, mis à jour le 17/06/2011 à 13:30

Par Dominique Froment

[Photo : Gilles Delisle]

La question


Un employé a piqué une crise devant ses collègues, dois-je réagir ?


La réponse de nos expertes, Marie-Josée Bélanger et Lucie Marcoux, CRHA, de Zone RH.


" Et comment que vous devez réagir ! Comme pour tout écart de conduite d'un employé, ne rien faire est la pire solution. Les patrons qui pensent que s'occuper d'un incident ne réussit qu'à lui donner de l'importance ont tort. Comme ceux qui balaient l'incident sous le tapis en lançant : " Bof, il est comme ça ! " ou " J'ai d'autres chats à fouetter ! ".


Si vous étiez absent quand votre employé a éclaté, commencez par rencontrer des témoins pour savoir ce qui s'est exactement passé et dit. Ne vous fiez pas à une seule personne.


Ensuite, faites venir l'employé dans votre bureau pour connaître les raisons de son emportement. Ce peut être des raisons personnelles, comme un divorce, des difficultés financières, une maladie, etc. Si c'est le cas, vous pouvez lui conseiller d'utiliser les services de votre programme d'aide aux employés, si vous en offrez un, ou bien de consulter un CLSC ou d'autres ressources. Faites montre d'un peu de compassion, mais, surtout, évitez de jouer au thérapeute ; ce n'est pas à vous de régler les problèmes personnels de vos employés. Vous pouvez aussi inviter votre employé à venir évacuer ses émotions dans votre bureau lorsqu'il sentira que le couvercle de la marmite est sur le point d'exploser.


S'il s'est emporté pour des raisons professionnelles, voyez si vous ne pourriez pas trouver une façon de l'accommoder. S'il n'est pas d'accord avec la stratégie de l'entreprise, expliquez-lui pourquoi il faut agir ainsi. Peut-être votre employé n'a-t-il pas les bons outils pour accomplir sa tâche ? Peut-être s'agit-il d'un conflit avec un autre employé ? Peut-être accepte-t-il mal une nouvelle politique. Quoi qu'il en soit, sa crise de nerfs cache peut-être un mécontentement plus généralisé au sein de votre personnel, et vous avez tout intérêt à en connaître la cause pour prévenir d'autres incidents fâcheux.


Dans un deuxième temps, il est impératif de faire savoir à votre employé que son comportement est inacceptable. Selon la gravité (injures, bris de matériel, etc.), vous pourriez même lui donner un avertissement écrit en lui précisant que si une crise de ce genre se reproduit, vous pourriez appliquer des sanctions... pouvant aller jusqu'au congédiement. Vous devez en effet réaliser que si votre employé pète régulièrement les plombs, non seulement cela aura un effet très négatif sur le climat de travail, mais des collègues pourraient porter plainte pour harcèlement psychologique. D'où l'importance de faire preuve de fermeté !


Et surtout, ne vous montrez pas plus tolérant à l'égard d'un employé colérique, parce qu'il est performant. Avez-vous envie d'envoyer le message à tous vos employés qu'ils peuvent être détestables avec tout le monde s'ils atteignent leurs objectifs ? "

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

Attention aux conseils du beau-frère

Édition de Novembre 2017 | Simon Diotte

Il roule en grosse voiture, occupe un poste de cadre, porte la cravate et parle d'investissement d'un ton ...

La Fed relève ses taux pour la 3e fois

14:01 | LesAffaires.com et AFP

Robuste croissance, faible taux de chômage, relance fiscale: la banque centrale américaine a réagi comme prévu.

Les syndicats prévoient une guerre de tranchées entre Boeing et Bombardier

13:09 | Julien Arsenault, PC

À six jours d'une décision de Washington sur la CSeries, les représentants des travailleurs se montrent pessimistes.