Programmes de santé et de mieux-être des employés : avez-vous vraiment les moyens de vous en passer ?

Publié le 27/10/2016 à 15:12

Selon un vieil adage, le travail, c’est la santé… Sans aller si loin, le milieu de travail peut, en effet, influencer la santé, c’est pourquoi les entreprises ont tout intérêt à mettre à la disposition de leurs employés des outils pour favoriser leur mieux-être.
Voici la deuxième partie de notre série sur la santé intégrée.


Les entreprises d’aujourd’hui font face à une concurrence de plus en plus vive. Pour tirer leur épingle du jeu, elles doivent s’assurer que leurs employés sont à la fois productifs et engagés. Or, les problèmes de santé physique, mentale ou les soucis financiers ont une incidence importante sur l’efficacitéFF des employés. « L’absentéisme engendre des coûts de 16 milliards de dollars par an pour les entreprises canadiennes, ce à quoi il faut ajouter les effets négatifs du présentéisme qui, eux, sont plus difficiles à quantifier », explique Sophie Ouellet, vice-présidente régionale au développement des affaires pour les garanties collectives, Québec et Est de l’Ontario, à la Financière Sun Life.


Et lorsqu’un travailleur est moins productif ou prend des congés de maladie, cela augmente généralement la charge de travail de ses collègues, qui risquent alors l’épuisement professionnel.


« Les chefs d’entreprise se demandent souvent combien coûte la mise en œuvre de programmes de santé et de mieux-être au travail. En fait, la question qu’il faudrait se poser est plutôt combien il en coûte de ne pas en avoir. S’attaquer au problème à la source et faire de la prévention, c’est bien plus payant », souligne Mme Ouellet.


Des avantages concrets
Les personnes actives et en bonne santé sont plus motivées, productives et investies dans leur travail. « Une étude de Hewitt Associates a démontré que les employés engagés prennent 50 % moins de jours de congé de maladie que les autres et courent un risque quatre fois moins élevé de souffrir de détresse psychologique », précise Mme Ouellet. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes et constituent un bon argument pour encourager ses employés à mener une activité physique régulière, à privilégier une saine alimentation et à avoir une bonne hygiène de vie. Et comme avec l’engagement vient aussi le goût du dépassement et de l’innovation, voilà autant de bonnes raisons d’améliorer la performance de l’entreprise.


Autre bénéfice palpable : l’attraction et la rétention des employés. « Selon l’Indice 2015 de mieux-être des Canadiens Financière Sun Life, 86 % des travailleurs s’attendent à ce que leur employeur soutienne leur santé physique et mentale. D’ailleurs, une personne sur deux serait prête à changer d’entreprise pour améliorer sa santé et sa qualité de vie », indique Mme Ouellet. C’est une preuve évidente que les travailleurs accordent une valeur tangible à une meilleure santé physique, mentale et financière.


Comment s’y prendre
Si la preuve est faite que les organisations n’ont pas les moyens de se passer de main-d’œuvre en bonne santé, plusieurs demeurent encore réticentes à instaurer de tels programmes, par crainte de coûts élevés.


Or, selon Mme Ouellet, il est possible de mettre en place des mesures à peu de frais. « On peut débuter à petite échelle, instaurer quelques initiatives à la fois et bâtir sur ces acquis par la suite. Cela donne aussi le temps de constater que les résultats sont probants, ce qui encourage à continuer », dit-elle. On peut, par exemple, proposer des activités de détente à ses employés ou les inciter à bouger. Par la suite, on rajoute un atelier sur la nutrition, la gestion du stress, ou les finances personnelles, pour élargir l’éventail des activités. « Il est crucial que l’offre soit faite sur une base continue et que la haute direction y croie et s’engage activement dans le processus », affirme Sophie Ouellet.


Par où commencer ?
Pour que la démarche soit couronnée de succès, il est préférable de commencer par cerner les problèmes de santé des employés. Un bilan personnalisé permettra de tirer un portrait clair de la situation. Pour effectuer ce travail, des ressources sont généralement disponibles dans le cadre des régimes d’assurances collectives. Si l’entreprise n’en a pas, il est possible de faire réaliser cette tâche à l’interne, par exemple par le service des ressources humaines. « En compilant les jours et les motifs d’absence, le taux de roulement, les congés de maladie, etc., on pourra faire ressortir les cas récurrents et établir des priorités. Fait-on face à des maladies chroniques, des problèmes reliés à la santé mentale, à l’insécurité financière ? On basera sa stratégie sur ces informations, en ciblant les activités les plus appropriées », conseille Mme Ouellet.


Le plan d’action doit s’adapter aux besoins de l’entreprise et peut contenir, par exemple, une révision des politiques de gestion afin de promouvoir la santé et le mieux-être, des programmes d’assurances collectives et de mieux-être, des programmes d’aide aux employés ou d’épargne-retraite collectifs. La gamme des ressources est vaste et touche aussi bien la santé physique et mentale que la sécurité financière.


Certaines ressources sont gratuites ou peu coûteuses, mais on peut également s’adresser à un conseiller dans le domaine, à son assureur ou même à une firme spécialisée, pour mettre un programme sur pied. « L’important, c’est de commencer quelque part et d’avoir une équipe de direction qui montre l’exemple ! », conclut Sophie Ouellet. 

Le savoir d'entreprise c'est quoi ?

Par l'intermédiaire du Savoir d'entreprise, Les Affaires souhaite offrir à ses lecteurs des connaissances de pointe provenant d'organisations désireuses de partager leur expertise.

Les contenus sont produits par le Service de contenu Les Affaires en collaboration avec l'organisation. Notez qu'à aucun moment, les journalistes de Les Affaires ne participent à la rédaction de ces articles. Pour plus d'information sur ce produit, veuillez communiquer avec

À la une

Le Québec, terreau fertile pour un leader populiste?

Il y a 57 minutes | Olivier Schmouker

Aujourd'hui, 2 Québécois sur 3 se disent prêts à voter pour un leader populiste, selon un sondage Crop-Cogeco.

«Les États-Unis ont déclaré la guerre», selon la Corée du Nord

11:59 | LesAffaires.com et AFP

Le chef de la diplomatie nord-coréenne a menacé d'abattre les bombardiers américains s'approchant de ses côtes.

Mais que veut donc la Corée du Nord?

08/07/2017 | François Normand

ANALYSE. Le dictateur Kim Jong-un est moins irrationnel et imprévisible qu'on ne le laisse entendre. Voici pourquoi.