Pfizer est-elle tombée sur la tête ?

Publié le 02/02/2011 à 14:11, mis à jour le 06/01/2012 à 12:15

Pfizer est-elle tombée sur la tête ?

Publié le 02/02/2011 à 14:11, mis à jour le 06/01/2012 à 12:15

Par Premium

Mettez-vous deux secondes dans les souliers d’Ian Read, le tout nouveau PDG de Pfizer, qui a donné lundi 1er février sa première conférence téléphonique pour parler des résultats trimestriels de la pharmaceutique. Les ventes, les coûts de production, les dépenses en marketing, tout va mal, sauf peut-être dans la division de la recherche et développement (R&D), dont les dépenses sont stables. Alors quelle serait votre première décision stratégique pour redresser la barre?


En toute logique, nombre d’entre nous répondrions qu’il faut réduire les coûts de production en fonction de la diminution des ventes, ou encore améliorer l’efficacité de la production, ou encore autre chose. Mais M. Read, lui, a pris tout le monde à contre-pied : il a sabré dans les effectifs de la R&D!


Pourquoi, alors que c’est l’une des rares divisins qui se portent bien? La réponse en surprendra plus d’un…


Plus : Is Pfizer new CEO laying off the wrong employees ? (Bnet)

Sur le même sujet

Et si vous partagiez votre poste de travail...

28/08/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le 9@5 du lundi au vendredi? Ça fait tellement 20e siècle! Aujourd'hui, le travail se métamorphose.

Deux employés pour le même poste, ou quand le travail se partage

Édition du 30 Août 2014 | Olivier Schmouker

Le 9 à 5 du lundi au vendredi ? Ça fait tellement 20e siècle ! Aujourd'hui, l'univers du travail se métamorphose. ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Holvi, la start-up finlandaise qui veut remplacer les banques

31/08/2014 | Julien Brault

BLOGUE. Rencontre avec un jeune entrepreneur qui a lancé une banque en ligne.

Hong Kong: une ville divisée

08:22

Hong Kong connaît l'une de ses plus graves crises politiques depuis sa rétrocession à la Chine en ...

L'homme qui a sauvé le lac Mégantic

Édition du 30 Août 2014 | Dominique Froment

Denis Millette en avait vu des catastrophes naturelles; mais en milieu urbain et aussi émotive, jamais !