Pensez-vous être surqualifié pour votre poste?

Publié le 14/11/2012 à 11:47, mis à jour le 15/11/2012 à 14:15

Pensez-vous être surqualifié pour votre poste?

Publié le 14/11/2012 à 11:47, mis à jour le 15/11/2012 à 14:15

Par Olivier Schmouker

Résultat? Un immense gâchis... Photo: DR

À cette question, 44% des Canadiens répondent «oui». C'est du moins ce qui ressort d'un sondage mené par le cabinet de ressources humaines Randstad dans une trentaine de pays.


Le pourcentage canadien correspond à la moyenne mondiale, qui est très exactement de 47%. Les pourcentages les plus élevés concernent la Chine (84%), la Turquie (78%) et la Grèce (69%), et les moins élevés, la Belgique (28%), le Luxembourg (23%) et le Danemark (25%).


Quant à eux, 1 Canadien sur 5 croient qu’ils sont sous-qualifiés pour leur poste, ce qui correspond, là aussi, à la moyenne mondiale. La proportion d’employés qui ont l’impression d’être sous-qualifiés est élevée en Italie (47%), au Japon (42%) et au Chili (41%), et elle est faible en Hongrie (4%), en République tchèque (7%) et en Grèce (9%).


Par ailleurs, la moitié des employés canadiens (45%) estiment que nombre de leurs collègues assument des responsabilités trop importantes pour eux. Et 4 employés canadiens sur 10 considèrent que nombre de leurs collègues n’assument pas de responsabilités assez importantes pour eux. Là où ces deux pourcentages sont les plus disproportionnés, c'est en Argentine : seulement 18% des employés croient qu’ils sont sous-qualifiés pour leur poste, mais 65% des employés croient que nombre de leurs collègues sont sous-qualifiés.


Autre point intéressant soulevé par l'étude de Randstad : la majorité des Canadiens (72%) occupent un emploi qui correspond à leur domaine d’étude, et pensent que c'est la même chose pour nombre de leurs collègues. À Hong Kong (78%), en Inde (82%), au Danemark (80%) et en Norvège (68%), la plupart des employés indiquent que leur emploi s’accorde avec leur domaine d’étude. Par contre, peu d’employés au Japon (37%) et en Slovaquie (48%) sont de cet avis.


On le voit bien, tout est une question de perception. «La perception que chaque individu a de son travail affecte le roulement et la rétention des employés d'une entreprise. Les employeurs qui souhaitent garder les meilleurs talents chez eux ont donc tout intérêt à se pencher sur ce que ceux-ci ressentent au travail, sachant que la motivation et le bonheur peut passer par la formation et le développement de compétences», dit Delphine Robert, directrice, marketing, de Randstad Canada.

À suivre dans cette section


image

Sécurité alimentaire

Mardi 13 novembre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Votre boss nuit-il à votre bonheur?

BLOGUE. Tout dépend de son style de leadership. S'il agit en «petit boss», gare aux dégâts. Mais s'il agit en coach,...

Le truc fou de Yusaku Maezawa pour travailler moins, mais mieux!

12/10/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Pour vous, voici le secret de l'incroyable réussite du milliardaire japonais et PDG de Start Today...

À la une

À surveiller: Stingray, SNC-Lavalin et JP Morgan

Que faire avec les titres de Stingray, SNC-Lavalin et JP Morgan?

Bourse: les incertitudes freinent Wall Street à l'ouverture

Il y a 49 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les investisseurs restaient prudents lundi alors que se multiplient « éléments perturbateurs».

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

07:02 | LesAffaires.com et AFP

La saison des résultats trimestriels des entreprises commence sur un mauvais pied.