Mode d'emploi pour un monde sans emploi


Édition du 07 Mai 2016

Le salariat recule. Nous sommes à l'ère du travail indépendant et de la marchandisation de soi. Qui gagne ? Qui perd ? Entreprises, travailleurs, gouvernements, quelles sont désormais les responsabilités de chacun ?


«L'emploi est un phénomène du 20e siècle», rappelle le Britannique Jon Husband, auteur de Wirearchy, un ouvrage qui explore le futur du travail. Le salariat, et le contrat social qui s'y rattache, ne remontent qu'à la Seconde Guerre mondiale, ajoute-t-il. La relation employés-employeurs a connu quelques décennies glorieuses jusqu'à ce que la financiarisation de l'économie s'en mêle. Licenciements, rationalisations et fusions ont affaibli ce contrat. Les progrès technologiques ont fait le reste.


Le recul du travail salarié est un phénomène planétaire, souligne le Forum économique mondial. D'ici 2020, les 15 économies avancées et émergentes les plus importantes auront créé 2 millions d'emplois... mais en auront aussi éliminé 7 millions.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Trump et Obama se disputent la paternité du boom économique

10/09/2018 | AFP

Donald Trump ne cesse de louer son bilan économique, ce qui a fait réagir Barack Obama.

Une solide création d'emplois et des salaires en hausse aux É-U

07/09/2018 | AFP

La hausse du salaire horaire moyen sur un an en août à 2,9 % est la plus forte depuis juin 2009.

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.