Les femmes toujours aussi discriminées au travail

Publié le 11/12/2012 à 10:35, mis à jour le 13/12/2012 à 13:35

Les femmes toujours aussi discriminées au travail

Publié le 11/12/2012 à 10:35, mis à jour le 13/12/2012 à 13:35

Par Olivier Schmouker

Rares sont celles qui osent bousculer l'ordre établi. Photo: DR

L'égalité homme-femme au travail? Nous en sommes encore loin, au Québec. C'est du moins ce qui ressort d'un sondage mené par Ipsos Reid pour le compte du cabinet-conseil en ressources humaines Randstad Canada.


Plus : Les femmes toujours loin des postes de cadre supérieur


C'est bien simple, 77% des Québécoises qui occupent un poste de direction en entreprise affirment qu'il existe de nos jours une différence «modérée» ou «importante» entre les hommes qui ont les mêmes fonctions que les leurs et elles, en matière, entre autres, de salaire. Et il est à souligner que ce pourcentage est le plus faible à l'échelle du Canada : les Ontariennes, par exemple, sont 83% à constater de telles différences.


Ainsi, 62% des Québécoises interrogées estiment que les chances de promotion ne sont pas les mêmes pour les hommes et pour les femmes. Le pourcentage grimpe à 92% à l'échelle du Canada, les trois quarts des femmes (72%) estimant que cette différence est «très importante» ou «importante». À noter qu'aucune femme interrogée en Alberta pense avoir les mêmes chances qu'un homme pour décrocher une promotion.


Idem pour les prises de décision : 70% des Canadiennes croient qu'en entreprise les hommes ont plus souvent l'occasion de prendre des décisions importantes que les femmes.


Ce n'est pas tout. À l'échelle du Canada, 69% des femmes estiment que les hommes se voient encore attribuer les meilleurs postes, tâches ou projets, au détriment de leurs collègues féminines aux compétences pourtant similaires. Ou encore, 83% pensent que les hommes bénéficient d'un plus grand nombre d'occasions de voyage d'affaires que les femmes.


«Nombre d'entreprises ont aujourd'hui de la difficulté à retenir les femmes les plus talentueuses, en raison de la persistance du plafond de verre. Pour y remédier, il leur faudra mieux saisir les obstacles auxquels les femmes font face», dit Delphine Robert, directrice, marketing, de Randstad Canada.

À suivre dans cette section

Dans la jungle du réseautage
Édition du 25 Octobre 2014 | Les Affaires

Sur le même sujet

Faire carrière en philanthropie, pourquoi pas?

22/09/2014 | Alexandre Raymond

BLOGUE. Qui aurait cru qu’un jour la philanthropie serait une avenue intéressante pour y faire carrière?

Et si vous écoutiez vraiment vos émotions au travail...

19/09/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La colère, l'angoisse, la peur… Au travail, nous taisons nos émotions fortes. Mais pourquoi donc, au juste?

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.