Il payait un Chinois pour faire son travail à sa place

Publié le 29/01/2013 à 11:37, mis à jour le 04/02/2013 à 15:51

Il payait un Chinois pour faire son travail à sa place

Publié le 29/01/2013 à 11:37, mis à jour le 04/02/2013 à 15:51

Par Olivier Schmouker

Le Chinois touchait le cinquième de sa paye. Photo: DR

Nombre d'entreprises font faire leurs produits en Chine, voilà maintenant que c'est au tour des employés de faire faire leur travail par des Chinois. Un programmeur américain a ainsi eu l'idée de faire travailler à sa place un programmeur chinois, en lui reversant le cinquième de son salaire à six chiffres. Une idée qui a mal tournée pour lui…


Ainsi, un Américain d'une quarantaine d'années, réputé "calme, travailleur et talentueux" par son employeur, une agence de sécurité établie aux États-Unis, allait tous les jours au travail, de 9h à 5h. Ce qui lui était demandé de faire était toujours bien fait, et livré à temps. Mais en réalité, il passait ses journées à regarder des vidéos sur YouTube et à naviguer sur Reddit et eBay.


Un détail a fini par attirer l'attention : l'agence de sécurité a remarqué que nombre de documents PDF étaient échangés entre ses bureaux et la Chine. Elle a alors demandé l'an dernier à Verizon de mener une discrète inspection, suspectant de l'espionnage industriel.


Résultat? Le pot-aux-roses a été dévoilé : il ne s'agissait pas du tout d'espionnage, mais de… sous-traitance effectuée par l'employé à l'insu de son employeur!


«L'opération est longtemps passée inaperçue parce que l'agence de sécurité avait commencé à encourager ses employés à faire du télétravail, si bien qu'il était normal que des gens se "loguent" à leur poste à distance, normalement depuis leur domicile. L'employé en question avait refilé tous ses codes d'accès à son sous-traitant, qui avait la consigne de s'en servir exclusivement de 9h à 5h, heure des États-Unis», a expliqué au magazine (In)Secure, Andrew Valentine, de Verizon.


Cet employé – dont l'identité n'a pas été divulguée – ne travaille plus aujourd'hui pour cette agence de sécurité.

Sur le même sujet

La solidarité féminine, mythe ou réalité au travail?

22/01/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une étude apporte un tout nouvel éclairage sur cette interrogation. Attendez-vous à quelques surprises!

Et si vous appreniez non pas à donner, mais à recevoir...

21/01/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Faire un sourire ou un compliment à un collègue, c'est facile. Mais recevoir l'un d'eux l'est moins. Pourquoi?

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Après 10 ans, Thierry Vandal quitte son poste à la tête d'Hydro-Québec

Les raisons de son départ ne sont pas connues. Il restera en poste jusqu'au 1er mai.

Le pétrole bondit dans l'espoir d'une baisse de l'offre américaine

15:44 | AFP

Le prix du pétrole a bondi de près de quatre dollars vendredi à New York, des ...

L'ex-président de la SAQ prend la tête d'Uniprix

L’ex-président de la Société des alcools du Québec (SAQ), Philippe Duval, devient président du Groupe Uniprix.