Hausse du salaire minimum : un défi comme tant d'autres pour Metro


Édition du 26 Août 2017

La facture annuelle de 50 millions de dollars est impressionnante pour Metro (MRU, 41,92 $), mais l'épicier est bien équipé pour s'ajuster à la hausse de 21 % du salaire minimum en Ontario l'an prochain.
Sept analystes sur huit ont réduit leurs cours cibles, mais la ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

La moitié des échantillons de fruits de mer sont mal étiquetés

Dans les restaurants, 52 % des échantillons avaient les mauvaises étiquettes. Chez les détaillants, c'est 22 % du temps.

Pharmaprix se lance dans la vente de fruits et légumes

10/08/2018 | Martin Jolicoeur

La torontoise poursuit sa transformation vers un modèle qui se rapproche de plus en plus de l'épicerie.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: