Employeurs et candidats ne se comprennent plus

Publié le 04/12/2012 à 11:34, mis à jour le 10/12/2012 à 14:26

Employeurs et candidats ne se comprennent plus

Publié le 04/12/2012 à 11:34, mis à jour le 10/12/2012 à 14:26

Par Olivier Schmouker

Les attentes des uns et des autres n'ont rien à voir. Photo: Bloomberg

Au Canada, le tiers des dirigeants d'entreprise envisage de procéder à des embauches l'an prochain. Le hic? La plupart d'entre eux ne croient pas pouvoir trouver chaussure à leur pied, d'après un sondage d'Environics Research Group mené pour le compte du site Web Workopolis.


Ainsi, 32% des dirigeants d'entreprise sondés ont dit avoir l’intention d'augmenter leurs effectifs en 2013, et les deux tiers (65%) anticipent le maintien du nombre d’employés (seulement 2% prévoient une baisse). L'ennui, c'est que ceux qui souhaitent recruter de nouveaux talents sont pessimistes sur la qualité de la relève :


> 67% d'entre eux pensent que les candidats actuels n'ont pas les compétences générales requises pour occuper les postes qui vont s'ouvrir l'an prochain;


> 37% considèrent que les candidats actuels n'ont pas une attitude positive;


> 27%, qu'ils n'ont pas la capacité de bien communiquer;


> 26%, qu'ils n'ont pas une solide éthique de travail.


S'ajoutent à cela, dans une moindre mesure, des préoccupations concernant l'amabilité et le sens du service à la clientèle, ainsi que la faculté à travailler en équipe, de la génération montante.


Un sondage parallèle de Workopolis, mené, lui, auprès de personnes actuellement à la recherche d'un nouvel emploi, met au jour un point inquiétant : l'incompréhension entre employeurs et candidats. En effet, seulement 35% des candidats considèrent que les compétences générales sont essentielles pour décrocher un emploi. Pis, 17% d'entre eux estiment que les compétences communicationnelles sont essentielles, alors qu'il s'agit de la deuxième compétence la plus convoitée aujourd'hui par les employeurs.

À suivre dans cette section

Dans la jungle du réseautage
Édition du 25 Octobre 2014 | Les Affaires

Sur le même sujet

Faire carrière en philanthropie, pourquoi pas?

22/09/2014 | Alexandre Raymond

BLOGUE. Qui aurait cru qu’un jour la philanthropie serait une avenue intéressante pour y faire carrière?

Et si vous écoutiez vraiment vos émotions au travail...

19/09/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La colère, l'angoisse, la peur… Au travail, nous taisons nos émotions fortes. Mais pourquoi donc, au juste?

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.