Une autre façon de faire de la R-D

Publié le 23/04/2011 à 00:00, mis à jour le 10/05/2011 à 16:12

Une autre façon de faire de la R-D

Publié le 23/04/2011 à 00:00, mis à jour le 10/05/2011 à 16:12

Christian Dubuc, président d'Osemi Canada, se pince encore. " Notre partenariat avec l'Université de Sherbrooke nous fait gagner des années de R-D et nous permettra de nous positionner rapidement dans un marché hyperconcurrentiel. "


La petite entreprise de trois employés, spécialisée dans la fabrication de dispositifs électroniques et de semi-conducteurs, collabore avec l'équipe du professeur Richard Arès, de la Faculté de génie. Objectif : concevoir un réacteur utilisé dans le procédé de fabrication des diodes électroluminescentes (DEL). Les DEL sont employées dans les écrans à cristaux liquides, ainsi que pour l'éclairage domestique et commercial.


Solarpro, un fabricant d'équipement pour salon de bronzage, participe aussi à ce projet de recherche de 1,2 million de dollars financé à hauteur de 445 000 $ par Québec.


Ces entreprises de Richmond, près de Sherbrooke, poursuivent des objectifs différents, mais ont toutes deux beaucoup à gagner. Osemi y voit une occasion de faire valoir son expertise dans les semi-conducteurs et de percer de nouveaux marchés. Solarpro veut diversifier ses activités afin d'assurer sa pérennité, le bronzage artificiel étant très controversé.


Elle a fait appel à l'Université de Sherbrooke pour l'aider à concevoir un appareil de luminothérapie avec des applications dermatologiques (amélioration de la cicatrisation, production de collagène) et médicales (réhabilitation musculaire, traitement de la dépression). Mais cet appareil nécessite des DEL, lesquelles sont coûteuses et longues à produire. La technologie mise au point en partenariat avec l'Université permettra d'accélérer la production des DEL et d'en réduire le coût, ce qui réglera le problème d'approvisionnement de Solarpro.


La PME d'une dizaine d'employés entrevoit une autre façon de marquer des points grâce à cette technologie : elle travaille à la conception d'un nouvel appareil de bronzage muni de DEL. " Il générera moins de rayons UVA, ce qui le rendra plus sécuritaire, souligne son président Daniel Pépin. Grâce à cela, nous devancerons des leaders dans le domaine ! Sans l'apport de l'Université et d'Osemi, il nous serait beaucoup plus difficile d'innover de la sorte. "


Une technologie attendue


Solarpro et Osemi ne sont pas les seules entreprises à fonder autant d'espoir sur ce projet de recherche, la demande mondiale pour les DEL étant en forte expansion. Comme très peu de fabricants produisent les réacteurs nécessaires à leur fabrication, il faut attendre quelques années pour s'en procurer un.


Le prototype, qui devrait être prêt cet été, est attendu avec impatience. Si les résultats sont concluants, les trois partenaires ont déjà en main des lettres d'intention de clients potentiels, dont un fabricant taïwanais de diodes. Chaque réacteur se vendrait autour de cinq millions de dollars. Et après ? Solarpro, Osemi et l'Université de Sherbrooke pourraient créer une entreprise pour produire et commercialiser les réacteurs. À moins qu'elles choisissent plutôt d'octroyer des licences de fabrication.


" En collaborant à ce projet de recherche, nous avons multiplié nos forces ", s'enthousiasme Christian Dubuc, qui mène en parallèle d'autres projets de recherche avec l'Institut national de la recherche scientifique et l'Université de Saskatchewan.


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

La meilleure façon d'innover, selon Joseph Stiglitz

24/09/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Ce "prix Nobel" d'Économie va changer votre perception de l'innovation. Promis.

Cessez de vous protéger

23/09/2014 | Serge Lemieux

BLOGUE. Risquer la croissance ou protéger les acquis? Voilà LA question.

OPINION Les sept croyances Ă  contre-courant de Peter Thiel, fondateur de PayPal
22/09/2014 | Julien Brault
Pourquoi un inventeur devient-il un entrepreneur
Édition du 20 Septembre 2014 | Premium
Des innovations nées de la recherche
Édition du 13 Septembre 2014 | Anne Gaignaire
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Taux: la Banque du Canada doit agir pour éviter une bulle immobilière

Un des plus importants gestionnaires d'obligations affirme que Stephen Poloz doit modifier son discours.

Retraite: «se payer soi-même», le truc des Québécois

La majorité des Québécois qui réussissent à épargner le font grâce à l'épargne systématique.

Ă€ surveiller: Enbridge, Sherritt et Groupe TMX

Il y a 54 minutes | François Pouliot

Que faire avec les titres d’Enbridge, Sherritt International et Groupe TMX? Voici quelques recommandations ...