Montréal plus résiliente


Édition du 05 Mars 2016

Comment peut-on rendre Montréal plus résistante aux chocs et aux stress économiques et sociaux? Plusieurs groupes planchent sur cette question en ce moment. La Ville vient de nommer une directrice de la résilience. Quant au mouvement naissant Amplifier Montréal, il tente de déterminer les initiatives à encourager pour un Montréal plus résilient, plus innovant et plus inclusif. Les Affaires a accompagné des représentants d'Amplifier Montréal en mission à Londres et à Bilbao. Voici les cinq inspirations que nous en avons retenues.


Plus de la moitié (54 %) de la population mondiale vit dans une ville. Quant à la prochaine vague de citadins, elle habitera des municipalités qui ne sont pas encore construites. Ainsi, les villes existantes deviennent des laboratoires où dessiner un futur meilleur. Montréal est un de ces laboratoires. La métropole québécoise participe au programme 100 Villes résilientes (100 VR), créé en 2013 par la fondation américaine Rockefeller. Ce groupe, qui pour l'instant compte 67 villes dont une seule au Canada, comprend des agglomérations aussi diverses que Bangalore, Bangkok, Chicago, Melbourne et Rio. Son défi : élaborer une stratégie pour réagir aux chocs physiques, sociaux et économiques. Et ainsi, protéger la qualité de vie des citoyens et poursuivre la croissance de ces villes.


Depuis janvier, Montréal a une directrice de la résilience : Louise Bradette. C'est une condition pour appartenir au programme 100 VR. Son salaire est payé pendant deux ans par la fondation Rockefeller.


Il n'y a pas que Louise Bradette et son équipe qui planchent sur un Montréal plus résilient. À l'aube du 375e anniversaire de la métropole, qui aura lieu en 2017, on assiste à la naissance du mouvement Amplifier Montréal. Il rassemble des acteurs des univers politique, économique et social, à l'invitation de la Fondation de la famille J.W. McConnell.


Amplifier Montréal se donne pour mission de rassembler les initiatives éparses et d'élargir le cercle des voix de Montréal. Ce mouvement n'aspire pas à créer de nouvelles structures, mais à propulser celles qui existent déjà pour accroître leur impact. Et c'est pour mieux comprendre quelles initiatives et quelles structures contribuent à une ville résiliente, innovante et inclusive que des membres d'Amplifier Montréal ont réalisé une mission d'exploration à Londres et à Bilbao, dans le nord de l'Espagne, en janvier dernier. Nous les avons accompagnés et avons été en contact avec plusieurs projets inspirants. En voici cinq qui pourraient renforcer Montréal en la rendant plus agile, plus entrepreneuriale, plus durable, moins partisane et plus culturelle.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

L’innovation en entreprise n’est plus une option

BLOGUE. Il y a 20 ans, l’adoption d’une culture d’innovation était une porte de sortie pour des ...

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

À la une

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...

Privatisation de la SAQ: des résultats au mieux mitigés

La privatisation de la SAQ aurait des résultats au mieux mitigés, révèle une étude commandée par le gouvernement.