Les robots, une arme de séduction massive

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Novembre 2014

Les robots, une arme de séduction massive

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Novembre 2014

Utiliser les robots pour intéresser les jeunes au monde de l’innovation et des technologies, c’est l’idée qu’a eue Laurent Beaudoin il y a sept ans. S’alliant à l’entrepreneur Gabriel Bran Lopez, l’ex-pdg de Bombardier a mis sur pied le programme Robotique FIRST Québec, qui séduit aujourd’hui des milliers d’élèves. Portrait d’un projet gagnant.


« Sans l’aide bénévole de centaines d’ingénieurs et d’enseignants, on n’y serait jamais arrivé. C’est une épopée dont je suis très fier », confie Laurent Beaudoin, président du conseil d’administration de Bombardier et président de Robotique FIRST Québec, en entrevue avec Les Affaires. Le 20 novembre, l’organisme, qui permet aux élèves du primaire et du secondaire de découvrir la robotique à l’aide de mentors, a remporté le prix Relève Technoscience lors du Gala des Prix Innovation, organisé par l’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec (ADRIQ).


« Les robots attirent les jeunes et leur permettent de se plonger dans le monde technologique grâce à des compétitions d’envergure. Ils découvrent que la vie d’ingénieur et de chercheur peut être enrichissante. C’est la clé pour assurer une relève qualifiée », croit M. Beaudoin. Ce dernier ajoute du même souffle que c’est par l’intermédiaire de Jacques Ménard, président de la BMO, qu’il a rencontré l’entrepreneur Gabriel Bran Lopez, avec qui il a fondé en 2010 Robotique FIRST Québec.


«J’ai été séduit par l’idée de M. Beaudoin, j’y voyais non seulement une façon de susciter l’intérêt des élèves pour les sciences, mais aussi un outil très efficace pour contrer le décrochage scolaire», explique M. Bran Lopez, également président fondateur de Fusion Jeunesse, un organisme à but non lucratif qui crée des partenariats innovateurs entre des universités et des écoles afin de contrer le décrochage scolaire.


Concept américain


C’est en 2007 que Laurent Beaudoin a mis sur pied le premier projet-pilote de compétition robotique au Québec, dans la ville de Sherbrooke. Il s’inspirait alors du programme scolaire américain FIRST (For inspiration and recognition of science and technology), créé dans les années 1980 par son ami Dean Kamen, un homme d’affaires et un inventeur. « Le programme là-bas a fait ses preuves. Une grande partie des jeunes ayant participé ont ensuite entrepris des études dans le domaine de la technologie », raconte-t-il.


S’il est encore tôt pour évaluer l’impact du projet au Québec, M. Bran Lopez indique que sa popularité est grandissante : après quatre ans, plus de 100 écoles primaires et secondaires y participent ainsi que 450 bénévoles, majoritairement des ingénieurs et des professeurs d’université.


En quoi consiste exactement le programme? «Les participants disposent de six semaines pour concevoir un robot, qui devra franchir plusieurs épreuves lors d’une “coupe Stanley” robotique, soit le Festival de robotique de Montréal, qui attire près de 5 000 personnes chaque année au mois de mars au stade Uniprix», répond M. Bran Lopez. Ce dernier précise que les jeunes sont initiés à la robotique dès le début de l’année scolaire par leurs professeurs et des mentors, afin d’être prêts pour le concours qui se tient à l’hiver.


Une compétition signée NASA


Les écoles ayant réalisé la meilleure performance au festival montréalais représentent par la suite le Québec lors d’une compétition internationale annuelle. Le concours, qui réunit 25 000 personnes et 650 écoles de 38 pays différents, est chapeauté par la NASA. «C’est un défi de haut niveau, et les jeunes ont les yeux illuminés par la passion», lance M. Beaudoin, qui aime assister à l’événement.


«Ce ne sont pas juste les “bollés” des écoles bien nanties qui y participent. On a tenté d’approcher un maximum d’écoles provenant de milieux défavorisés. Tout le monde a le potentiel de devenir un bon ingénieur ou un bon mathématicien», poursuit-il. À son avis, un projet comme Robotique FIRST est essentiel pour développer le côté créatif des futurs travailleurs. « Devoir concevoir une machine complexe à l’aide de quelques objets rudimentaires, ça favorise l’innovation, qui est essentielle pour rendre nos entreprises concurrentielles », ajoute M. Bran Lopez.


Ce dernier souligne vouloir inciter plus de jeunes filles à participer aux projets. Si elles sont aussi nombreuses que les garçons à l’école primaire, il n’en reste que 30 % à l’école secondaire. « Nous voulons briser les stéréotypes », dit-il.


Un financement privé


Pour financer le projet, MM. Bran Lopez et Beaudoin sont allés chercher le soutien de plusieurs dizaines de partenaires, dont Pratt & Whitney Canada, CGI, Power Corporation et l’Ordre des ingénieurs du Québec. «Nous ne voulons pas seulement qu’ils signent un chèque, mais nous leur demandons aussi de s’investir auprès des jeunes», soutient M. Beaudoin. Ce dernier affirme que 95 % du financement de Robotique FIRST provient du secteur privé. «J’ai toujours été persuadé que le privé peut contribuer à appuyer l’éducation et la formation de la relève. En voici un exemple parlant», conclut le gestionnaire.


Les lauréats des Prix Innovation 2014 de l’ADRIQ


Hommage Personnalité Innovation : Bernard, Laurent et Alain Lemaire, cofondateurs de Cascades


Prix Bâtisseur, Entreprise innovante : Bernard Bélanger, président du conseil et chef de la direction de Premier Tech


Prix Bâtisseur, Système d’innovation : Guy Belletête, cofondateur, vice-président, stratégie et relations extérieures de l’Institut de développement de produits


Prix des jeunes innovateurs : Anya Pogharian, du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, Montréal


Stages en milieu de pratique CRSNG-FQRNT:  Cédric PUPIN, Polytechnique Montréal – ERFT Composites, Joëlle Pion-Massicotte, Polytechnique Montréal – Carré Technologies


Valérie Lecompte (Coup de cœur), Université de Sherbrooke – IOS Services Géoscientifiques


Innovation, produit : Creaform (Petite entreprise), Héma-Québec (Grande entreprise), Innovation, procédé, EBI Énergie (Grande entreprise), Recyclage ÉcoSolutions (Petite entreprise)


PME innovante : Materium, Innovation ouverte, Kruger Biomatériaux, Manufacturier, Ecorad, Partenariat technologique, Produits forestiers Résolu, en partenariat avec CRIQ


Innovation, santé et sécurité au travail : IBM Canada,


Innovation verte : EBI Énergie, Recyclage ÉcoSolutions, Relève technoscience, Robotique FIRST Québec

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

La réalité virtuelle au service des ascenseurs Thyssenkrupp

BLOGUE. Avoir sous sa responsabilité la maintenance de plus de 1,2 million d’ascenseurs et escaliers roulants dans ...

Le secret du pitch parfait enfin dévoilé!

Mis à jour le 20/11/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il faut à la fois informer et mobiliser. Et ce, en s'inspirant des meilleurs publicitaires...

OPINION Croître à tout prix ?
Édition du 11 Novembre 2017 | Jean-François Renaud
Le chef d'entreprise et l'innovation
Édition du 28 Octobre 2017 | Dominique Brown
Devancer le progrès
Édition du 21 Octobre 2017 | Sébastien Doyon

À la une

Terres rares: le géant japonais JOGMEC tourne le dos à un projet au Québec

Sans tambour ni trompette, la société s’est retirée d’un projet d’exploration de terres rares près de Schefferville.

Bulletin Les Affaires–JLR: la hausse s'est maintenue en novembre

Mis à jour à 13:48 | Les Affaires - JLR

Les prix augmentent plus vite que l'inflation et les ventes de condos grimpent.

Investir dans le bitcoin rapporte le plus... les lundis

BLOGUE. Voilà le genre de lecture qui pourrait vous faire aimer le début de la semaine. Ou le détester encore plus...