Des capteurs optiques à toute épreuve

Publié le 27/02/2010 à 00:00, mis à jour le 07/10/2013 à 14:48

Des capteurs optiques à toute épreuve

Publié le 27/02/2010 à 00:00, mis à jour le 07/10/2013 à 14:48

Par Dominique Froment

Photo : Gilles Delisle

Opsens mise sur la robustesse, l'efficacité et la fiabilité de ses capteurs à fibre optique pour se démarquer de ses concurrents.


 


" Opsens est la seule entreprise du monde à avoir démontré la performance à long terme d'un capteur de pression et de température dans un environnement à haute température ", affirme Louis Laflamme, chef de la direction financière de la PME de Québec.


 


Au moyen de ses capteurs à fibre optique, Opsens cible quatre marchés : l'industrie pétrolière et gazière - celle qui offre le meilleur potentiel -, le secteur médical, le secteur militaire et les transformateurs électriques de haute puissance.


 


Dans le secteur pétrolier, les capteurs d'Opsens fournissent des mesures de la température et de la pression des sables bitumineux de l'Alberta. On extrait le pétrole en chauffant les sables à la vapeur; il est ensuite recueilli par gravité. Dans les chambres de vapeur, la température peut atteindre 300 degrés Celsius. " Nous avons installé nos capteurs dans 10 à 15 chambres et il nous en reste encore à installer dans une vingtaine de chambres ", précise M. Laflamme.


 


Opsens commence à développer le sous-marché du stockage souterrain du CO2; ses capteurs fournissent des informations pour éviter que le CO2 ne s'échappe de son puits.


 


De multiples applications


 


Dans le secteur médical, les capteurs d'Opsens, qui peuvent être de taille microscopique (0,25 millimètre), peuvent mesurer la température extérieure du corps d'un bébé subissant un test de résonance magnétique. " Les capteurs de nos concurrents ne sont pas fiables dans un environnement soumis à de forts champs magnétiques ", soutient M. Laflamme.


 


La PME a signé en janvier un partenariat avec Abiomed, un fabricant américain de supports coronaires pour le rétablissement temporaire du coeur. Le capteur d'Opsens aide à mieux placer la petite pompe dans le coeur.


 


Opsens a par ailleurs obtenu une subvention du Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) pour mettre au point un cathéter qui intégrera son capteur. Ce cathéter aura plusieurs applications, mais M. Laflamme refuse d'en dire plus.


 


Dans le secteur militaire, les capteurs d'Opsens vérifient la température du fil qui relie le bouton de mise en marche et le lanceur de missiles pour s'assurer que ceux-ci ne soient pas déclenchés de façon involontaire. La britannique BAE Systems lui a commandé des capteurs.


 


Les capteurs optiques d'Opsens aident également les sociétés électriques à contrôler la température de leurs transformateurs de haute puissance. La chaleur extrême est la cause principale du vieillissement de ces appareils. Comme ces capteurs ne peuvent être intégrés qu'à des transformateurs neufs, Opsens les vend dans des pays émergents et chauds, comme la Chine.


 


Opsens exporte ses capteurs dans une quinzaine de pays, à l'exception de ceux destinés au secteur pétrolier, qui sont presque exclusivement vendus au Canada. Cependant, l'entreprise veut développer ce marché prometteur à l'étranger.


 


Des acquisitions en vue


 


Opsens vient de finaliser un financement de 3,6 millions de dollars qui l'aidera à prendre de l'expansion.


 


" Nous avons un bon fonds de roulement et nous sommes prêts à réaliser une acquisition ", confie M. Laflamme. La PME a déjà repéré les entreprises qui lui permettraient d'élargir son offre de produits dans le secteur pétrolier et gazier. Elle reluque aussi le secteur des semi-conducteurs. En 2007, Opsens a acquis Inflo, son installateur d'Edmonton, rebaptisé depuis Opsens Solutions.


 


Opsens a affiché un chiffre d'affaires de 3,2 millions de dollars au cours de l'exercice 2009. Elle est inscrite à la Bourse de croissance de Toronto depuis octobre 2006 (OPS, 0,85 $). L'entreprise de 43 employés s'est classée au palmarès 2010 du TSX Croissance 50; ces sociétés sont choisies, entre autres, en fonction du rendement du capital investi et de la couverture par les analystes.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Le pouvoir des multinationales pour sauver la biodiversité

Mis à jour le 07/09/2010

BLOGUE. Jason Clay, vice-président du World Wildlife Foundation (WWF), est en mission depuis des ...

Concevoir les meilleures planches de surf au monde

Mis à jour le 30/08/2010

BLOGUE. Des étudiants de l’Université de la Californie à San Diego ont troqué leur ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Jeff Bezos et la patience des investisseurs

12:00 | Jean Gagnon

Les investisseurs ont été tolérants à l'égard d'Amazon jusqu'à maintenant. Mais leur humeur pourrait bientôt tourner.

Comment travaillera-t-on dans les années 2050?

BLOGUE. Fini le bureau. Adieu la retraite. Et ce n'est pas tout!

À surveiller: TransForce, SNC-Lavalin et Manitoba Telecom

Que faire avec les titres de TransForce, SNC-Lavalin et Manitoba Telecom? Voici quelques recommandations ...