Le nouveau visage du communautaire


Édition du 20 Juin 2015

L'ère des chèques pour des chèques tire à sa fin. Les donateurs individuels veulent un impact. Et les entreprises donatrices, des partenaires stratégiques. Pour survivre dans la jungle du secteur communautaire, les organismes à but non lucratif (OBNL) développent des modèles autrefois réservés au monde des affaires.


À lire aussi:
Fusion jeunesse : le communautaire sans complexes
La Tablée des chefs : le communautaire, accélérateur de mission
Centraide : le communautaire, expert social


Nous en sommes encore au commencement de cette vague. Mais on voit déjà apparaître de nouveaux modèles d'affaires, tant dans les organismes émergents que dans ceux traditionnels. Le cofondateur d'un de ces OBNL, Gabriel Bran Lopez, 32 ans, vient d'être nommé président de la Jeune Chambre de commerce de Montréal (JCCM). Son organisme, Fusion Jeunesse, lutte contre le décrochage scolaire. Ses mentors se nomment Laurent Beaudoin et L. Jacques Ménard. La nomination du président d'un OBNL à la tête de la JCCM en dit long sur les nouvelles ambitions du secteur communautaire. Le jeune président compte dévoiler en septembre ses projets pour une Jeune Chambre plus inclusive. «Je veux un membership diversifié plus représentatif de la société, insiste Gabriel Bran Lopez. La Jeune Chambre va accueillir plus d'artistes et d'acteurs sociaux parmi ses membres pour que nous discutions et que nous prenions position sur tous les enjeux qui concernent l'économie.» Une déclaration qui s'aligne parfaitement sur les objectifs de la première Biennale sur le développement social de Montréal, tenue les 2 et 3 juin derniers. Les participants ont cherché des moyens de fusionner développement social et développement économique pour ne parler que de développement, tout simplement.


Les 4 tendances qui boulversent le monde du don


1. De plus en plus de donateurs veulent exprimer leur générosité autrement qu'en signant un chèque. D'où la popularité, par exemple, de plateformes de prêts sociaux comme l'américaine Kiva. On prête, au lieu de donner aux projets affichés sur Kiva. L'argent peut ainsi servir à plusieurs reprises.


2. Les donateurs veulent connaître l'impact de leurs dons.


3. L'exigence de la reddition de comptes entraîne la naissance d'une industrie de la mesure de rendement social. Cela pose un défi : certaines retombées sociales requièrent du temps avant de se concrétiser. Mais cette exigence de résultats ne disparaîtra pas.


4. La montée de l'entrepreneur social, une entité hybride, parfois OBNL, parfois entreprise à but lucratif. L'entrepreneur social devient à la fois un élément de solution supplémentaire aux problèmes sociaux et un concurrent de plus dans la bulle philanthropique.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


À la une

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

Immobilier: vers un record de tous les temps en 2018

Contrairement au reste du pays, le marché résidentiel ne dérougit pas au Québec. Bien au contraire.

Quel montant payer pour habiter près d'une station de métro?

19/11/2018 | Joanie Fontaine

Blogue. Une plus-value sur les propriétés situées à moins de 2 km d'une station de métro a été notée