Le buzz impact


Édition du 03 Décembre 2016

Investissement à impact, projet à impact, entreprise à impact... La communauté d'affaires craque pour le concept d'impact. C'est concret. C'est inspirant. C'est rassembleur. Mais c'est aussi exigeant. Pour avoir un impact positif, il faut s'organiser, mesurer et assurer un suivi. Sinon, ce n'est que du socioblanchiment.


«Savez-vous ce que votre banque fait avec votre argent ?» «Vous avez plus de pouvoir que vous ne le croyez.» «Investir dans l'économie d'impact ? Oui, c'est rentable !» Trois phrases qui ont permis à la société québécoise Impak Finance d'amasser plus de 1 million de dollars lors de sa campagne de sociofinancement par actions de deux mois, amorcée le 12 octobre dernier. Ils ont été plus de 1 000, dont les trois quarts provenaient du Québec, à devenir actionnaires d'Impak Finance, par l'intermédiaire de la plateforme canadienne FrontFundr.


Impak Finance se définit comme un écosystème financier collaboratif. La phase 1 vise la création d'un fonds d'obligations de 30 à 40 M$. La phase 2, prévue pour 2018, verra la création d'une banque. «Dans les deux cas, nous investirons dans des projets de l'économie réelle et positive et non dans l'économie financière», insiste Paul Allard, cofondateur d'Impak Finance.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


À la une

Les grand(e)s de la gouvernance

Édition du 09 Février 2019 | Simon Lord

LES GRAND(E)S DE LA GOUVERNANCE — Ils sont influents. Ils sont diplômés des meilleures ...

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour le 18/02/2019 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

Commerce international: téléchargez notre livre blanc issu de la ­Grande consultation

Édition du 09 Février 2019 | Les Affaires

Le 6 novembre dernier, Les Affaires organisait la Grande consultation sur le Commerce international. Les discussions ...