Entrevue n°220: Sir Ronald Cohen, président du comité du G8 sur l'investissement d'impact

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Entrevue n°220: Sir Ronald Cohen, président du comité du G8 sur l'investissement d'impact

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Par Diane Bérard

«L'investissement s'est soucié de rendement, puis de risque. Et aujourd'hui, d'impact» - Sir Ronald Cohen, président du comité du G8 sur l'investissement d'impact

C'est un des pères fondateurs de l'industrie du capital-risque. Aujourd'hui, Sir Ronald Cohen est un ardent défenseur du capital social, autrement dit de l'argent investi dans des entreprises sociales. Sir Cohen croit toujours à l'efficacité des marchés, mais il veut les mettre au service du bien commun. Miser sur «le coeur invisible des marchés pour aider ceux que la main invisible a oubliés.»


Diane Bérard - Sir Cohen, vous êtes le père du capital-risque britannique. Vous voilà aussi père du capital social. Racontez-nous.


Sir Ronald Cohen - En 1972, j'ai fondé Apax, une des premières firmes de capital-risque en Grande-Bretagne. Dans les années 1990, Apax est devenue la plus grande de son secteur. Et, en 1996, j'ai fondé Easdaq, l'équivalent européen du Nasdaq. Depuis les années 2000, je me consacre au capital social. C'est-à-dire au capital investi dans des entreprises qui ont pour unique mission de résoudre des problèmes sociaux ou environnementaux.


D.B. - Il y a quelques jours, vous avez déposé un rapport affirmant que le marché du capital social peut atteindre 1 billion de dollars américains...


S.R.C. - Tout indique que cette cible est réaliste. À condition, bien sûr, de mettre en place les préalables nécessaires à la création et au développement d'un écosystème de l'investissement social (impact investing). La situation est comparable à celle du capital-risque il y a 50 ans. Il a fallu des investisseurs, des intermédiaires, des projets, des chercheurs, de nouvelles lois, une bourse, etc. pour que le capital-risque prenne son envol. Cette industrie qui semble aller de soi aujourd'hui a exigé beaucoup d'efforts pour émerger. C'est possible de répéter cette démarche pour l'investissement social.


D.B. - Pourquoi ce rapport est-il une initiative britannique ?


S.R.C. - C'est à titre de président du G8 que David Cameron a placé l'investissement social dans la liste de priorités de la communauté internationale.


D.B. - Quand a-t-on employé le terme investissement social, ou investissement d'impact, pour la première fois ?


S.R.C. - Cela remonte à 2007, lors d'une réunion organisée par la Fondation Rockefeller, en Italie.

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le capital de risque au Québec: l'essor des fonds ultra-spécialisés

Édition du 22 Septembre 2018 | Alain McKenna

En 2018, la plupart des industries ont compris le rôle plus transformateur que perturbateur des start-up ...

Le capital-risque montréalais à la recherche de l'anti-Zuckerberg

Édition du 22 Septembre 2018 | Alain McKenna

Ce professeur qui rêve de se lancer en affaires, mais qui hésite ; ce vice-président qui a toujours les bonnes ...

À la une

10 choses à savoir lundi

Un «Uber du déneigement» s'en vient. Les salles d'essayage congelées de Canada Goose. L'atterrisseur lunaire de demain!

Leaders, voici pourquoi vos conseils ne sont jamais écoutés!

BLOGUE. À force d'agir en expert «qui sait toujours tout sur tout», les oreilles des autres deviennent sourdes.

Bourse: Wall Street entame la semaine en baisse, lestée par Apple

Il y a 50 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS.« Ce démarrage négatif est largement attribuable au démarrage poussif d’Apple ».