Dix questions à se poser avant de lever du financement

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Août 2015

Dix questions à se poser avant de lever du financement

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Août 2015

La décision de réaliser une première ronde de financement est importante et souvent incontournable dans l'existence d'une jeune start-up.


J'ai eu le plaisir d'être invité récemment à titre de mentor pour mener une discussion sur la façon de «lever sa première ronde de financement» avec les finissants de la cohorte du nouvel accélérateur Dobson X-1, de l'Université McGill. Voici quelques questions clés auxquelles j'ai invité les entrepreneurs à réfléchir avant de lever un montant important de capital, auprès d'anges ou de fonds de capital de risque.


1. En avez-vous vraiment besoin ?


La première question est de savoir si l'équipe devrait lever des fonds ou non, de façon générale. Il y a deux profils principaux d'entreprise : l'entreprise à croissance modeste qui peut s'autofinancer à court ou à moyen terme (comme une agence de développement Web) et l'entreprise qui nécessitera des investissements importants pour devenir un chef de file dans son domaine (une start-up techno comme Airbnb ou Uber). Avec le coût de démarrage d'une start-up, qui est à la baisse, avez-vous vraiment besoin de capital externe ? Y a-t-il d'autres moyens moins dilutifs de financer votre projet, auprès de vos clients, de vos fournisseurs, de vos fondateurs ou par des bourses d'aide au démarrage ?


2. Pour quoi faire ?


La raison principale pour lever du capital est de soutenir et d'accélérer une croissance existante. Il est acceptable et même probable que vous n'ayez pas encore atteint votre adéquation produit-marché (product market fit), mais vous devriez voir des signes de traction clairs, sur le plan des ventes, du trafic, de l'engagement des usagers ou des inscriptions. Dans l'absence de toute traction mesurable, vous devrez convaincre les financiers que votre équipe est la meilleure du monde pour bâtir le produit que vous proposez, et que le marché a absolument besoin de ce produit, ce qui est une tâche beaucoup plus ardue. Dans tous les cas, l'infusion de capital servira à vous faire parvenir à la prochaine étape de votre plan d'affaires.


3. Quel est le meilleur moment ?


Oui, la tentation de lever des fonds sera forte quand il ne restera plus d'argent dans le compte de votre entreprise (ou dans votre compte personnel), mais le bon moment pour en lever est plutôt quand vous aurez une bonne histoire de croissance à raconter et que vous serez capables de bien définir vos objectifs pour atteindre le prochain palier de croissance, ainsi que le chemin pour vous y rendre.


4. Qui solliciter ?


Une fois que vous avez décidé de lever des fonds, encore faut-il trouver le bon partenaire ! Pour un montant inférieur à 250 000 $, mieux vaut penser à rallier quelques anges financiers. Cela n'empêche pas que certains fonds puissent vouloir se joindre à la partie. Idéalement, vous cherchez des anges qui ont de l'expérience dans votre domaine, qui sont capables d'ajouter de la valeur et qui ont un réseau pour vous ouvrir des portes.


Auprès des fonds de capital de risque, vous cherchez à la fois un fonds qui connaît votre domaine et un investisseur avec lequel il vous sera possible de bâtir une bonne relation. Cela est d'autant plus important que ces investisseurs siégeront généralement à votre conseil d'administration une fois la ronde terminée.


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

La montréalaise Busbud s'attaque à un marché de 600 millions d'habitants

25/07/2017 | Yannick Clérouin

La start-up dirigée par L.P. Maurice, dont les revenus ont grimpé de 205% en 2017, débarque en Asie.

Mettre l'innovation au service de la croissance

Édition du 21 Mai 2016 | Julien Brault

L'époque où la croissance était le fruit d'un heureux accident ou d'investissements massifs en publicité est ...

À la une

Vidéo: Le recul de Dollarama n'inquiète pas François Rochon

GESTIONNAIRES EN ACTION. Dollarama a déçu au 2e trimestre, mais François Rochon ne s'en inquiète pas outre mesure.

Ce que révèle la chute de Dollarama, Transcontinental et Transat

BLOGUE. Parfois le comportement de titres individuels offre un échantillon de l'état d'esprit des investisseurs.

À surveiller: Dollarama, Transat et Dunkin' Brands

14/09/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Dollarama, Transat et Dunkin' Brands?