Une intégration en douceur pour le repreneur d'Auvents W. Lecours

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Mai 2015

Une intégration en douceur pour le repreneur d'Auvents W. Lecours

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Mai 2015

« Si j’étais arrivé en disant que je voulais dès l’an prochain une croissance de 25 % et des changements radicaux, je me serais heurté à un mur », dit Franck Leclerc. [Photo: Jérôme Lavallée]

En 2011, Franck Leclerc, alors âgé de 38 ans, a racheté Auvents W. Lecours, du quartier Limoilou à Québec, une entreprise qui conçoit, fabrique et installe des abris d'hiver et d'été sur mesure. Avant cette date, la PME a été dirigée par trois propriétaires, Alain Lemelin, Jacques Poliquin et Claude Boutin, pendant 25 ans.


À lire aussi:
Le parcours du combattant pour financer le rachat des Reproductions BLB


«Le défi, c'était de se faire accepter par les employés et de les convaincre que je pouvais travailler avec eux pour avancer, alors que je ne venais pas du même domaine d'activité», se souvient Franck Leclerc.


Auparavant, ce dernier a fait carrière dans la gestion de personnel, comme directeur adjoint d'usine et contremaître dans des entreprises manufacturières, entre autres.


Les 35 employés étaient «méfiants» au début. Le premier discours qu'il leur a tenu se voulait rassurant. «Je sentais que j'étais observé, que tout ce que je disais me classait dans une catégorie, dit-il. Si j'étais arrivé en disant que je voulais dès l'an prochain une croissance de 25 % et des changements radicaux dans les façons de faire, je me serais heurté à un mur.»


Observer avant d'agir


Sa stratégie : se donner un an pour observer le fonctionnement de l'entreprise et les méthodes de travail sans effectuer de changement.


Dès l'arrivée dans l'entreprise, «j'ai mis mes bottines et je suis allé travailler avec les gens dans l'usine pour montrer que j'étais capable de faire les choses et que je ne me considérais pas au-dessus d'eux, raconte-t-il. Me coller aux employés m'a permis de les connaître. Ils étaient alors plus à l'aise pour me dire s'il y avait des choses qui n'allaient pas».


Autre atout clé pour réussir son intégration : les anciens propriétaires sont restés dans l'entreprise le temps de faire la transition. Quatre ans plus tard, ils sont encore là.


«Cela se passe bien», affirme M. Leclerc, ravi d'avoir des mentors sur place. Vis-à-vis des employés et des partenaires (banques, fournisseurs, clients), le gain a été énorme : «Le fait qu'on travaille ensemble montrait qu'ils ont confiance en moi».


À lire aussi:
Le parcours du combattant pour financer le rachat des Reproductions BLB


À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une: construit-on trop de tours à bureaux au centre-ville de Montréal?

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, les 300 plus importantes PME du Québec.

Le goût d'entreprendre a triplé depuis 10 ans

06/11/2018 | François Normand

L'entrepreneuriat a fait des progrès depuis 2009. Il y a toutefois des enjeux par rapport aux hommes et aux immigrants.

À la une

10 choses à savoir mardi

Il y a 54 minutes | Alain McKenna

Le cadeau à 100 go de ce fournisseur sans fil, Uber fait mal aux aéroports, 7518 nouveaux satellites pour SpaceX!

Quel montant payer pour habiter près d'une station de métro?

19/11/2018 | Joanie Fontaine

Blogue. Une plus-value sur les propriétés situées à moins de 2 km d'une station de métro a été notée

L'expérience client décortiquée

On en parle beaucoup. Mais que font Lolë, Aldo et Groupe Germain au juste pour nourrir l'expérience de leurs clients?