Trouver une entreprise à racheter grâce à son réseau

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

Trouver une entreprise à racheter grâce à son réseau

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

Jean-Louis Lapointe (à gauche), copropriétaire de Manutention Québec avec Frédéric Chatel. [Photo: Jérôme Lavallée]

Frédéric Chatel et Jean-Louis Lapointe, la quarantaine, ont mis près d'un an et demi à trouver une entreprise à acheter avant de mettre la main sur Manutention Québec, une entreprise de Pointe-Claire spécialisée dans la vente et la location de chariots élévateurs.


En 2005, au moment de prendre leur décision, Frédéric Chatel, avocat spécialisé dans le capital de risque et les fusions-acquisitions, avait quitté son emploi au sein du cabinet Borden Ladner Gervais et terminait un MBA à HEC Montréal. Jean-Louis Lapointe, comptable agréé, avait notamment travaillé chez Ernst & Young. Leur famille proche compte bien des entrepreneurs. Mais à part ça, «on ne connaissait pas les entreprises à vendre, on n'avait pas d'expérience dans un secteur en particulier», se souviennent les deux amis, qui se connaissent depuis l'école primaire.


Conclusion : «Si nous étions restés dans le réseau officiel (courtiers d'achat-vente, cabinets comptables), on ne se serait pas fait présenter les meilleurs dossiers, car on n'avait pas de crédibilité, assure Frédéric Chatel. De plus, on savait que certains propriétaires sont réticents à afficher que leur entreprise est à vendre». Il fallait donc les débusquer.


Ils ont alors commencé par préciser leurs attentes. «On voulait une entreprise déjà en activité, pas trop complexe, dans laquelle on pourrait s'intégrer facilement, ayant un potentiel de croissance, tout en étant déjà performante», énumère Jean-Louis Lapointe. Les deux repreneurs avaient l'intention de financer leur achat par emprunts. Pour ce faire, ils savaient qu'il fallait prouver la profitabilité de l'entreprise à racheter. «On ne voulait pas aller dans certains secteurs qui exigent une expertise de pointe (l'aéronautique par exemple). D'autres ne nous intéressaient pas, comme la restauration et le commerce de détail.»


Tout leur réseau sollicité


Ils se sont vite rendu compte que, malgré leur supposé manque de crédibilité, ils avaient tout de même un point fort (outre leurs professions respectives) : leur réseau de relations. Les deux professionnels ont alors envoyé un document résumant leurs critères d'investissement à tout leur réseau, relations professionnelles et personnelles comprises.


Au total, de 300 à 500 personnes l'ont reçu... Parmi elles, «l'ancien propriétaire de ma maison, qui a transmis mon courriel à ses collègues, dont un avocat qui savait que les propriétaires de Manutention Québec réfléchissaient à vendre leur entreprise», raconte Jean-Louis Lapointe. L'entreprise en question, créée en 1997, répondait à leurs critères : «La gamme de produits était intéressante et il y avait un potentiel de croissance de la marque Linde, dont les parts de marché en Europe s'élevaient à 20-25 % comparativement à 2-4 % ici», résument les repreneurs. Les deux parties ont été mises en contact, et un peu plus d'un an plus tard, elles concluaient la transaction.


À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

À la une: le nouveau Cirque au travail

Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là. En manchette, Avril, une stratégie qui porte fruit.

À la une

10 choses à savoir mercredi

Le début de la fin pour la télé canadienne? Les assembleurs-sur-demande d'IKEA au Canada. Gare au plastique sans BPA!

Balado: Sommes-nous BIEN taxés au Québec?

BALADO. Nous en discutons avec notre invité: Luc Godbout, de l'Université Sherbrooke.

La musique vous rend-elle plus productif?

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.