Renforcer la confiance pour une productivité sociale

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Renforcer la confiance pour une productivité sociale

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Par Robert Dutton

Robert Dutton

Si les employés et leur savoir sont le premier actif d’une entreprise, la confiance est l’oxygène qui lui permet de survivre. La confiance des clients, d’abord, sans laquelle ses produits et services ne trouvent pas preneurs ; la confiance des employés, sans laquelle il n’y a pas de motivation possible ; la confiance des actionnaires, des prêteurs, des fournisseurs, sans laquelle l’entreprise ne peut réunir, à coût concurrentiel, les ressources nécessaires à son développement.


L’entreprise a aussi besoin de la confiance de « la société » pour fonctionner. Ses projets ont dorénavant besoin de l’acceptabilité sociale. Plus généralement, la prospérité, voire la survie à long terme du système de libre entreprise, repose sur la confiance des parties prenantes. Or, au Québec comme ailleurs dans le monde, cette confiance a été malmenée au cours des dernières années. Entre le scandale d’Enron et celui de Lehman Brothers, entre les fraudes de Bernard Madoff et celles de Vincent Lacroix, sans oublier les révélations entendues à la commission Charbonneau, des cas spectaculaires et très médiatisés nourrissent une baisse de confiance à l’égard des entreprises – et même du « système ». Ce n’est pas le moindre des paradoxes qu’on puisse documenter ce phénomène grâce à un « baromètre de la confiance », construit et diffusé depuis une quinzaine d’années par Edelman, une firme qui s’est elle-même retrouvée au centre d’une récente controverse.


Que les deux groupes qui critiquent le plus l’entreprise, à savoir les médias et la classe politique, vivent une crise de confiance plus grave encore que celle de l’entreprise n’est pas une consolation. Que les comportements condamnables soient le fait d’une minorité d’entreprises n’est pas une excuse. Et que l’entreprise canadienne se compare favorablement aux entreprises de la plupart des pays du monde n’est pas une raison de négliger le problème.


Le problème existe. Il faut trouver une solution, et non des boucs émissaires. C’est à l’entreprise de veiller à ce que la société lui assure sa confiance et lui conserve sa légitimité.


« L’entreprise existe pour servir la société »


La recherche de solutions s’effectue d’abord en fonction d’une prémisse juste : « L’entreprise existe pour servir la société ».


À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une: à quoi sert votre entreprise?

Édition du 23 Février 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, faites croître votre... mission!

En 2019, une entreprise ça sert à…

Édition du 23 Février 2019 | Diane Bérard

… améliorer la qualité de vie des parties prenantes. Que la société soit meilleure ...

À la une

50 ans? Mesdames, gare à la discrimination au travail!

Il y a 44 minutes | Olivier Schmouker

BLOGUE. La cinquantaine est un cap terrible pour les femmes, surtout si elles cherchent un nouvel emploi...

L’intelligence artificielle va rendre le système de santé méconnaissable… et c’est tant mieux

Il y a 7 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. «On doit sortir du modèle d’hospice pour entrer dans un modèle plus personnalisé.»

La valeur du portefeuille hydrocarbures de la Caisse a diminué sur sept ans

Il y a 5 minutes | La Presse Canadienne

Sa valeur a diminué de 3 milliards $ depuis au moins sept ans.