Renforcer la confiance pour une productivité sociale

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Renforcer la confiance pour une productivité sociale

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Par Robert Dutton

Robert Dutton

Si les employés et leur savoir sont le premier actif d’une entreprise, la confiance est l’oxygène qui lui permet de survivre. La confiance des clients, d’abord, sans laquelle ses produits et services ne trouvent pas preneurs ; la confiance des employés, sans laquelle il n’y a pas de motivation possible ; la confiance des actionnaires, des prêteurs, des fournisseurs, sans laquelle l’entreprise ne peut réunir, à coût concurrentiel, les ressources nécessaires à son développement.


L’entreprise a aussi besoin de la confiance de « la société » pour fonctionner. Ses projets ont dorénavant besoin de l’acceptabilité sociale. Plus généralement, la prospérité, voire la survie à long terme du système de libre entreprise, repose sur la confiance des parties prenantes. Or, au Québec comme ailleurs dans le monde, cette confiance a été malmenée au cours des dernières années. Entre le scandale d’Enron et celui de Lehman Brothers, entre les fraudes de Bernard Madoff et celles de Vincent Lacroix, sans oublier les révélations entendues à la commission Charbonneau, des cas spectaculaires et très médiatisés nourrissent une baisse de confiance à l’égard des entreprises – et même du « système ». Ce n’est pas le moindre des paradoxes qu’on puisse documenter ce phénomène grâce à un « baromètre de la confiance », construit et diffusé depuis une quinzaine d’années par Edelman, une firme qui s’est elle-même retrouvée au centre d’une récente controverse.


Que les deux groupes qui critiquent le plus l’entreprise, à savoir les médias et la classe politique, vivent une crise de confiance plus grave encore que celle de l’entreprise n’est pas une consolation. Que les comportements condamnables soient le fait d’une minorité d’entreprises n’est pas une excuse. Et que l’entreprise canadienne se compare favorablement aux entreprises de la plupart des pays du monde n’est pas une raison de négliger le problème.


Le problème existe. Il faut trouver une solution, et non des boucs émissaires. C’est à l’entreprise de veiller à ce que la société lui assure sa confiance et lui conserve sa légitimité.


« L’entreprise existe pour servir la société »


La recherche de solutions s’effectue d’abord en fonction d’une prémisse juste : « L’entreprise existe pour servir la société ».


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: