PME : plus facile de se financer

Publié le 30/11/2011 à 17:01, mis à jour le 01/12/2011 à 09:57

PME : plus facile de se financer

Publié le 30/11/2011 à 17:01, mis à jour le 01/12/2011 à 09:57

Par François Normand

Photo : Bloomberg

Les PME canadiennes peuvent obtenir plus facilement du financement au Canada et généralement à de meilleures conditions financières.


C’est ce que révèle l’Enquête sur les conditions de crédit de 2010 réalisée par Léger Marketing pour le compte d’Industrie Canada, auprès de 3 753 PME (de 1 à 99 employés), de mai à juin 2011.


L’enquête montre que le marché du financement a été plus actif en 2010 qu’en 2009, année où le marché se relevait péniblement de la crise financière. Même si le système bancaire canadien a été relativement épargné, les sources de crédit s’étaient néanmoins taries au Canada.


Ainsi, l’an dernier, 18% des PME canadiennes ont fait des demandes de financement auprès d’institutions financières. En 2009, ce n’était que 14%.


Ce nombre accru de demandes s’est aussi accompagné d’un plus fort taux d’approbation des demandes de financement. Ce taux - qui inclut les demandes de financement acceptées intégralement ou partiellement – est passé de 79% à 88% de 2009 à 2010.


Ce taux demeure toutefois encore inférieur au niveau de 2007, avant la crise financière, où il s’élevait à 94%.


La taille moyenne des prêts accordés aux PME a aussi augmenté : le prêt moyen s’établissait à 238 000$ en 2009, alors qu’il s’élevait à 360 000$ en 2010.


Le coût pour se financer a aussi légèrement diminué. Par exemple, le taux moyen pour les hypothèques non résidentielles et les prêts à terme est glissé de 5,5%, en 2009, à 5,4% en 2010.


En contrepartie, les institutions financières exigent davantage de garanties avant d’accorder un financement. En 2009, la proportion des PME à qui on demandé une garantie était de 57%. L’an dernier, c’était 62%.


Le rétablissement marché du crédit ne s’est toutefois pas fait de façon égale au Canada. Les PME de commerce de détail ont vu par exemple leur taux d’approbation bondir de 70 à 88%.


Par contre, la situation de s’est pas beaucoup améliorée dans des secteurs comme l’hébergement et restauration ainsi que les transports et l’entreprosage.


 


 


 


 


 


 


 


 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

L'Union européenne pourrait couper les vivres aux banques russes

24/07/2014

Les ambassadeurs des 28 pays évaluent les sanctions qu'ils pourraient imposer contre l'économie russe.

10 choses à savoir mardi

15/07/2014 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

La Royale à un sommet malgré la surchauffe de l'immobilier, Montréal cesse des programmes de subvention de maisons...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bombardier : l’art de gagner du temps

Au minimum Bombardier trouve un moyen de faire patienter les investisseurs et leur donnent une nouvelle raison d'espérer

Le patron de Facebook plus riche que les fondateurs de Google

La capitalisation de Facebook est en voie de dépasser celle d'IBM et surclasse déjà Coca-Cola.

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ non réclamés par les contribuables

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ de remboursements d'impôt et de chèques du gouvernement non ...