Pacini veut s'implanter aux États-Unis

Publié le 11/10/2018 à 08:54

Pacini veut s'implanter aux États-Unis

Publié le 11/10/2018 à 08:54

Par Martin Jolicoeur

Tous les restaurants Pacini seront rénovés d'ici la fin de 2019.

À la veille de ses 40 ans, la chaîne québécoise de restaurants Pacini se lance un nouvel objectif de croissance. D’ici dix ans, l’entreprise veut quintupler la taille de son réseau et en profiter pour percer une fois pour toute le territoire américain.


Cette ambition, convoitée de longue date, survient après des années de réflexions, et d’essais-erreurs aussi, tant au Québec qu’en Alberta où l’entreprise est présente depuis 2010. Aujourd’hui, le franchiseur d’une trentaine de restaurants croit suffisamment en son modèle d’affaires pour crier haut et fort son intention d’ouvrir jusqu’à 200 établissements en dix ans partout en Amérique du Nord.


Pour y parvenir dans ce domaine où la concurrence ne manque pas, l’entreprise détenue par l’homme d’affaires Pierre Marc Tremblay entend concentrer ses efforts à l’établissement de partenariats avec l’industrie hôtelière, véritable clé de voûte de son plan d’expansion.


Au cours des dernières années, les restaurants Pacini se sont associés au Moose Hotel & Suites de Banff, à l'Hôtel Acclaim de l’aéroport international de Calgary, à l’Hôtel Universel d’Alma, au C Hôtel le Navigateur de Rimouski, à l’Auberge Gouverneur de Shawinigan. 


«Ces expériences nous ont permis de nous rendre compte d’un besoin non comblés dans le marché. Trop souvent, les hôteliers se voient forcés d’opérer des restaurants qui n’arrivent ni attirer la clientèle locale, ni à répondre complètement aux attentes des clients qu’ils hébergent, explique Nathalie Lehoux, présidente de Pacini. Comme la restauration est notre métier, nous pouvons les aider.»


Pierre Marc Tremblay est propriétaire majoritaire des restaurants Pacini depuis le début des années 2000.


C’est donc ainsi que l’entreprise québécoise entend faire sa place à travers le continent. Un hôtel à la fois. Et non pas à titre de locataire des lieux, comme c’est souvent le modèle suggéré par les hôteliers, mais à titre de franchisé, bénéficiant du support, de l’enseignement et de l’expertise de l’équipe de Pacini.


«Notre formule est gagnante pour tout le monde, explique M. Tremblay. Les employés de l’hôtel comprennent qu’un restaurant fréquenté rapporte à l’hôtel. Et les employés du restaurant comprennent que plus l’hôtel sera fréquenté, plus le restaurant le sera aussi.»


Résultat: Pacini dit avoir remarqué que dans certains des restaurants d’hôtel convertis à son concept, pas moins de 70% de la clientèle n’était pas résidente de l’hôtel, un fait rare dans l’industrie.  


Autre constat : en plusieurs occasions, les hôteliers devenus franchisés ont constaté que la conversion de leur restaurant a coïncidé avec une hausse de leur taux d’occupation pouvant atteindre les 2%.


Peut-on pour autant conclure à un lien de cause à effet direct? Même si la direction québécoise de Pacini semble le croire, elle se garde bien de l’affirmer directement.


En attendant de pouvoir le faire, l’entreprise inaugure ces jours-ci un nouveau menu amélioré, assorti d’un nouveau logoarborant une fourchette pour mieux illustrer son offre dans des marchés où sa notoriété est encore à établir. 


L’entreprise entreprend également la rénovation de l’ensemble de ses restaurants. En principe, tous devront être rénovés d’ici la fin 2019. 


Enfin, dans les prochaines semaines, Pacini prévoit déjà ouvrir un nouvel établissement dans un Holiday Inn de Calgary. Cette ouverture sera suivie dès le printemps d’une autre ouverture, cette fois dans un Marriott de Mississauga, son premier en Ontario.

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

La Banque du Canada demeurera prudente, malgré l'AEUMC

Édition du 20 Octobre 2018 | Mathieu D'Anjou

EXPERT INVITÉ. D'un point de vue macroéconomique, la conclusion d'un nouvel accord commercial avec les États-Unis et ...

L'aluminium canadien peine à trouver d'autres marchés

Édition du 20 Octobre 2018 | Pierre Théroux

C'est la première fois que l'industrie de l'aluminium fait face à des tarifs imposés par le gouvernement américain.

Blockchain: le premier bloc

BLOGUE INVITÉ. Est-ce que l'information actuelle répond aux questions des gestionnaires? Je dirais que non.