Mobilité : la stratégie avant l'application

Publié le 01/12/2011 à 11:12, mis à jour le 02/12/2011 à 13:14

Mobilité : la stratégie avant l'application

Publié le 01/12/2011 à 11:12, mis à jour le 02/12/2011 à 13:14

Votre firme est bien établie, votre site Internet respecte toutes les règles de l'ergonomie, vous avez créé des communautés virtuelles grâce aux médias sociaux et la prochaine étape est d'ajouter la mobilité à votre stratégie de développement d'affaires.


Après tout, selon la firme Distimo, 91 % des marques dominantes ont développé une application mobile pour les téléphones intelligents, alors pourquoi ne pas utiliser votre marque et votre notoriété pour développer votre application mobile? Parce qu'une application efficace pour vos clients exige d'abord une stratégie en mobilité, assure l'entrepreneur technologique Jason Gurwin, qui identifie les cinq clés d'une stratégie efficace dans son blogue du Harvard Business Review.


Visez d'abord l'utilité : vous n'êtes pas dans un concours de téléchargement. Le succès ne se calcule pas au nombre de personnes qui se procurent votre application, le succès se mesure au taux d'utilisation de cette dernière.


Une application mobile n'est pas une publicité : personne ne désire télécharger une publicité pour votre entreprise, ses produits ou ses services. Beaucoup de firmes gaspillent de précieuses ressources financières et technologiques qui ne reprennent que des contenus publicitaires ou n'offrent aucune solution concrète à leurs clients.


Une application médiocre est l'équivalent d'un produit médiocre : la beauté de la mobilité, c'est que vous pouvez interagir avec les consommateurs en tout temps. Cependant, jamais vous ne penseriez les contacter pour leur offrir un produit ou service financier médiocre. C'est la même chose pour une application mobile. Cette plate-forme technologique exige du temps, de l'argent et un suivi serré de son utilisation et de son impact sur vos ventes. Si vous pensez vous en tirer pour quelques milliers de dollars vous faites fausse route et vous perdez votre temps et celui de vos clients actuels et potentiels.


Vous allez devoir céder le contrôle : en théorie, créer votre application mobile vous permet de contrôler le message et sa distribution. Mais vous pouvez atteindre les mêmes objectifs d'affaires en devenant le commanditaire de certaines applications déjà établies comme l'a fait la marque de papier hygiénique Charmin qui commandite cette application qui permet à son utilisateur de trouver une toilette publique dans plus de 50 pays à travers le monde.


Une application mobile n'est pas le seul moyen de rejoindre vos consommateurs : votre application est comme votre site web, ce ne sont pas tous vos clients qui vont l'utiliser. Ne négligez pas tous les autres conduits et réseaux qui vous permettent de fidéliser vos clients et d'en dénicher de nouveaux.


Jason Gurwin est le fondateur d'une société spécialisée dans les coupons virtuels et vous pouvez le suivre sur Twitter.


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Sommet Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

Big Brother est québécois

Dans le 1984 d’Orwell, Big Brother est fictif. En 2017, c’est une technologie québécoise bien réelle.

Le dollar canadien a monté vite, peut-être trop vite

Le huard se hisse à 80 cents US, mais plusieurs observateurs croient que l'ascension a été trop rapide.

Les pièges à aubaine font mal!

BLOGUE INVITÉ. Dure journée pour certains investisseurs dans la vente au détail. Attention aux mirages d'aubaine!