Les nouvelles ambitions d'Alexandre Taillefer


Édition du 28 Janvier 2017

L'acquisition de L'actualité est un jalon vers la création d'un conglomérat culturel et médiatique que l'entrepreneur voudrait amener en Bourse.


La période des fêtes est passée comme un coup de vent pour Alexandre Taillefer. «J'en aurais pris encore un peu», dit-il avant de s'assoir derrière son bureau, au 5e étage de l'édifice de Musique Plus, au coin des rues Sainte-Catherine et Bleury, au centre-ville de Montréal.


C'est à se demander si l'entrepreneur a eu le temps de prendre congé. Il s'est tout juste écoulé deux semaines depuis l'annonce de l'acquisition du magazine L'actualité, faite à trois jours de Noël. Ça n'en faisait pas pour autant une surprise, les rumeurs de transaction s'intensifiaient depuis l'automne. Par contre, ce qui a mené l'entrepreneur de 44 ans à se porter acquéreur de la prestigieuse publication était moins clair.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

À la une: construit-on trop de tours à bureaux au centre-ville de Montréal?

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, les 300 plus importantes PME du Québec.

Le goût d'entreprendre a triplé depuis 10 ans

06/11/2018 | François Normand

L'entrepreneuriat a fait des progrès depuis 2009. Il y a toutefois des enjeux par rapport aux hommes et aux immigrants.

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

Il y a 49 minutes | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

16/11/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.