Le succès british d'une entreprise de Longueuil

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Avril 2014

Le succès british d'une entreprise de Longueuil

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Avril 2014

Par Matthieu Charest

Paco Spiralift, une division du Groupe Paco situé à Longueuil, est à peu près inconnue des Québécois. Pourtant, les adeptes du «spiralift», une technologie de levage brevetée par l'entreprise, proviennent d'industries parsemées aux quatre coins de la planète.


Parmi ses clients les plus célèbres, l'entreprise compte le Cirque du Soleil, qui a intégré cette innovation au sein de son spectacle Mystère.


En discutant avec l'un de leurs partenaires, en Suisse, les dirigeants de Paco Spiralift découvrent le potentiel du marché des fonds mobiles pour piscines en Europe. «Il y a tellement d'avantages à utiliser nos produits dans ces projets», constate alors Jacques Gauthier, responsable du développement des affaires.


Ces fonds permettent d'ajuster la profondeur du bassin, afin de l'adapter à la clientèle. La même technologie peut aussi servir à recouvrir une piscine pour en faire une terrasse ou un stationnement.


Bien que les fonds mobiles existent déjà au Québec, notamment pour la nouvelle piscine olympique du PEPS de l'Université Laval, ces projets sont rares de ce côté-ci de l'Atlantique.


Sur l'autre rive, c'est tout le contraire. Et c'est d'autant plus vrai dans la région londonienne qui, à l'opposé du Québec, est densément peuplée et compte son lot d'ultra-riches.


«Dans l'immobilier, le prix du mètre carré y est très, très élevé, explique M. Gauthier. Et un fond mobile mécanique, ça coûte cher ; les acheteurs doivent avoir les moyens. Ça devient une question de concentration de richesse, couplée à un besoin de récupérer de l'espace.»


Décidée à pénétrer le marché anglais, la longueuilloise prend contact avec la Délégation générale du Québec à Londres.


«Nous avons communiqué avec eux en mai 2013, en leur disant que nous serions là-bas dans quelques mois. Entre-temps, ils nous ont fixé des rendez-vous, selon nos besoins. Quand une entreprise locale se fait approcher par la Délégation, c'est prestigieux», soutient M. Gauthier.


En septembre dernier, lors d'une seule semaine passée à Londres, les dirigeants de Paco Spiralift rencontrent trois partenaires qui répondent à eux seuls à 90 % des besoins du marché des fonds mobiles au Royaume-Uni.


La stratégie de l'entreprise repose sur le commerce B2B. Ils vendent directement aux fournisseurs qui, selon elle, sont attirés par les avantages intrinsèques de la technologie offerte par le «spiralift», ou plutôt l'«aquaspiralift», pour les piscines.


«Nous leur envoyons des cargaisons, un peu "à la Ikea", précise-t-il. Aucune soudure n'est requise, et ils font l'installation et le service à la clientèle eux-mêmes.»


Pour l'instant, Paco Spiralift développe une quinzaine de projets à Londres et à Oxford. D'ici un an, l'entreprise prévoit que 5 à 6 % de son chiffre d'affaires, qui est de 25 à 30 millions de dollars, proviendra du Royaume-Uni.


Les Affaires s'est penché sur le récit de huit Québécois qui ont choisi de s'exiler pour démarrer une entreprise. Si leurs pays d'adoption respectifs - et leurs parcours - sont parfois aux antipodes, ils partagent tous une audace et une détermination singulière.


À lire aussi:
L'incontournable dragon chinois 
Sur la piste des géants, en Inde 
Un snowbird québécois fait fortune en Floride 
Faire découvrir le terroir québécois en France 
Conquérir la Terre sainte grâce à la musique 
Le Pérou, une véritable mine d'or 
Neuf ans au Laos 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

24/09/2018 | lesaffaires.com

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...