Le Pérou, une véritable mine d'or

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Avril 2014

Le Pérou, une véritable mine d'or

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Avril 2014

Par Matthieu Charest

Fondée en 1995, K2 Geospatial connaissait déjà un franc succès au Québec et ailleurs dans le monde, notamment en France. Bien alimenté en contrats, le développeur de logiciels montréalais aurait pu se passer du marché péruvien. Mais le hasard en a décidé autrement.


Le logiciel JMap, le produit phare de l'entreprise, permet d'intégrer toute l'information relative à des infrastructures, comme un immeuble, et de la présenter sur une plateforme cartographique numérique. Les systèmes complexes sont alors simplifiés, ce qui facilite leur exploitation et leur analyse. Un peu à l'image du jeu SimCity, dans le monde réel.


En 2010, le pdg de K2 Geospatial, Jacques Charron, rencontre Manuel Delfín, un ancien consultant international pour le gouvernement du Québec. À la tête de l'entreprise péruvienne Smart Group, ce dernier le convainc du potentiel de son pays d'origine pour ses produits.


Jacques Charron se rend dans ce pays d'Amérique latine en 2011. «Nous ne sommes pas une grande entreprise. Mais on fait de grandes choses, dit-il de Paris, où il est en voyage d'affaires. L'essentiel, c'est de trouver le bon partenaire, et Manuel Delfín est excellent. J'espère qu'il y en d'autres comme lui.»


Ainsi, K2 Geospatial peut compter sur un partenaire de confiance dans ce marché étranger, alors que Smart Group devient son partenaire exclusif dans la région.


À l'automne de la même année, le créateur de JMap décroche son premier contrat auprès de Senamhi, le service national de météorologie et d'hydrologie du Pérou. «On s'est assuré de réaliser un travail impeccable, raconte le président, conscient qu'il joue la réputation de son entreprise dans la région. On a beaucoup travaillé en 2012 pour réaliser l'implantation.»


Au même moment, K2 Geospatial et Smart Group participent au partenariat entre Sencico, une école technique péruvienne qui offre un programme de géomatique, et le Cégep Limoilou. «On a offert de la formation et des logiciels, explique M. Charron, pour environ 100 000 $ de matériel. Ça nous fera un "banc de ressources"», ajoute-t-il. L'entreprise s'assure aussi de former une main-d'oeuvre compétente, sur laquelle elle pourra compter.


La stratégie porte ses fruits. Au début de 2013, l'entreprise obtient un contrat de la part du ministerio de Vivienda (le ministère du Logement). «Nous avons livré notre produit, et 10 jours plus tard, tout était approuvé. Trois semaines plus tard, tout était payé. En arrivant au Pérou, je pensais que rien ne pressait là-bas, confie l'entrepreneur. Mais au contraire, c'est très bien organisé, très efficace. Franchement, j'ai été surpris.»


Puis, il y a quelques semaines, c'était au tour de la mine Antamina de s'ajouter à la longue liste de leurs clients. «Il s'agit de faire un success-story avec cette mine de cuivre là, affirme Jacques Charron. C'est l'une des plus grandes mines du monde. Si tout se passe bien, ça nous assure une bonne réputation. Bref, ça devient une mine d'or.» À l'heure actuelle, K2 Geospatial emploie 26 personnes et réalise un chiffre d'affaires d'environ 10 millions de dollars, dont 5 % provient du Pérou.


Les Affaires s'est penché sur le récit de huit Québécois qui ont choisi de s'exiler pour démarrer une entreprise. Si leurs pays d'adoption respectifs - et leurs parcours - sont parfois aux antipodes, ils partagent tous une audace et une détermination singulière.


À lire aussi:
L'incontournable dragon chinois 
Sur la piste des géants, en Inde 
Un snowbird québécois fait fortune en Floride 
Faire découvrir le terroir québécois en France 
Conquérir la Terre sainte grâce à la musique 
Le succès british d'une entreprise de Longueuil
Neuf ans au Laos 

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.