L’ABC pour dénicher votre idée d’entreprise

Publié le 24/01/2018 à 00:01

À la recherche d’inspiration pour créer votre propre entreprise? Quelles sont les idées que vous pourriez envisager pour vous lancer? Y a-t-il des secteurs d’activités plus prometteurs que d’autres? Réflexion.

Une nuance, d’emblée. « À mon avis, et peu importe le secteur, c’est plutôt la façon de distribuer votre service ou votre produit qui fera une différence. Moins il y aura d’obstacles — heures d’ouverture ou délais de livraison, à titre d’exemple — entre le client et l’entreprise, plus vos chances de succès seront élevées. Et si tout le processus d’achat peut se faire par le biais d’un téléphone intelligent, le potentiel de votre projet devient alors illimité », témoigne Stéphan Viau, président de la Coalition des travailleuses et des travailleurs autonomes du Québec (CTTAQ).

Patrick Rwagatore, directeur, ventes et services, Espace Affaires Banque Nationale, mise d’abord sur l’ensemble de votre dossier avant de prendre une décision relative au financement. « D’autres facteurs importent davantage que le secteur d’activités dans lequel évolue l’entreprise », dit-il. Des propos que corroborent Geneviève Murray, conseillère, soutien expert PME, Espace Affaires Banque Nationale. « L’individu ayant déjà eu du succès en affaires ou démontrant d’excellentes habiletés de gestionnaire peut compter sur son banquier », ajoute-t-elle ainsi. Conclusion? Même à l’intérieur d’un secteur moins dynamique, certains entrepreneurs tireront leur épingle du jeu!

De bonnes idées… (et de moins bonnes)!
Certaines initiatives recèlent cependant davantage de potentiel que d’autres. Votre projet d’ouvrir un magasin de locations de films risque de tomber aux oubliettes. Le lancement d’un premier restaurant est, aussi, une opération à risque. À l’inverse, sur son site Internet, Anges Québec affirme être à la recherche d’entreprises innovatrices dans les secteurs de l’appareillage médical, de l’Internet, des technologies de l’information, des communications et des technologies propres, à titre d’exemple. Et s’il s’agissait d’un bon point de départ?

Récemment, le cabinet International Data Corporation (IDC) calculait que les ventes d’accessoires électroniques connectés à porter sur soi, tels qu’un bracelet ou une montre, devraient pratiquement doubler d’ici 2021. De son côté, la firme PwC suggère que les jumeaux numériques — une représentation virtuelle exacte d'un objet physique — permettront de prédire le comportement des consommateurs et de révolutionner ainsi une multitude de services. Et, à la lueur de certains scandales survenus récemment concernant le vol des données privées de millions de consommateurs, il est aisé de comprendre que tout ce qui touche la cybersécurité se veut un créneau d’avenir pour l’entrepreneur possédant les compétences requises.

Finalement, et de l’avis même des experts consultés, tout ce qui touche les fintech — une combinaison des mots « finance » et « technologie » — risque d’avoir le vent dans les voiles. Serez-vous aux commandes de la prochaine start-up susceptible de repenser les services bancaires? Êtes-vous le génie qui se cache derrière une prochaine révolution de l’économie de partage?

Le mot de la fin
L’entrepreneur à la recherche d’un créneau particulier doit évidemment tenir compte des ressources disponibles, de ses compétences, de son réseau de contacts et de l’offre et la demande du marché convoité. Par contre, un élément ne doit pas être négligé en cours de route: la passion.

« Le domaine d'activités à considérer en premier lieu est celui qui vous passionne le plus », dit ainsi William Plamondon, directeur général de Québec en scène et fondateur de La Relève en Force inc.. Tout choix devrait néanmoins être basé sur les tendances actuelles et sur une analyse de marché en bonne et due forme. « L’entrepreneur doit challenger son modèle d'affaires pour mettre sur pied un projet rentable et viable sur le long terme », conclut le jeune homme de 20 ans.

Le savoir d'entreprise c'est quoi ?

Par l'intermédiaire du Savoir d'entreprise, Les Affaires souhaite offrir à ses lecteurs des connaissances de pointe provenant d'organisations désireuses de partager leur expertise.

Les contenus sont produits par le Service de contenu Les Affaires en collaboration avec l'organisation. Notez qu'à aucun moment, les journalistes de Les Affaires ne participent à la rédaction de ces articles. Pour plus d'information sur ce produit, veuillez communiquer avec

À la une

Les pros sont encore plus prudents

Découvrez comment les gestionnaires avaient échafaudé leur portefeuille à l'arrivée de l'automne.

La santé publique se prépare à la légalisation du cannabis

15/10/2018 | AFP

L'entrée en vigueur de la légalisation du cannabis suscite toujours de vives inquiétudes.

Pas un jeu d'enfant, les enjeux légaux reliés au cannabis

Édition du 06 Octobre 2018 | Simon Lord

Malgré la légalisation, les producteurs ne sont pas à court d'aspects légaux à comprendre.