L'agrotourisme à la sauce Zone boréale

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Juin 2017

L'agrotourisme à la sauce Zone boréale

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Juin 2017

Par René Vézina

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est une grande région touristique. C'est aussi une grande région agricole. Elle est donc bien placée pour miser sur une industrie qui a la cote, l'agrotourisme, et de nouvelles initiatives sont mises de l'avant pour lui permettre de la développer encore mieux. Pour aller au-delà des images folkloriques, qui font encore saliver comme l'évocation de la tourtière du Lac-Saint-Jean... Bienvenue au 21e siècle !


L'appellation Zone boréale a été lancée pour identifier les produits régionaux et toute la chaîne d'acteurs du milieu qui les mettent en valeur, des producteurs agricoles aux commerçants et aux restaurateurs qui s'en inspirent. Dans ce dernier cas, l'adhésion à un cahier de charges précis peut leur valoir le titre d'Ambassadeurs des saveurs. Et ainsi leur donner une image distinctive.


Parallèlement, une nouvelle carte routière pointant une cinquantaine de membres qui collaborent à la Zone boréale sera bientôt offerte. On y présente notamment les sept microbrasseries de la région (Route des bières), 13 restaurants et auberges qui servent des produits régionaux, de même que l'ensemble des producteurs qui se démarquent par leur volonté de jouer la carte régionale. Avec des propositions d'escapades chez ceux qui souhaitent recevoir des visiteurs !


Selon Maryse Fortin, coordonnatrice du Réseau Agrotourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean, «on ne veut pas renier la soupe aux gourganes, mais montrer que l'offre est aujourd'hui bien plus variée». Par exemple, chez Chevrier du Nord, à Saint-Fulgence, on peut voir les chèvres qui fournissent de la laine angora à la propriétaire designer, qui conçoit des vêtements uniques. Et d'autres travaillent à faire éclater les clichés.


Oui aux bleuets qui ont fait la fierté et la réputation de la région, mais il y a aussi toute la filière laitière, du lait Nutrinor aux savoureux fromages dont la gamme augmente sans cesse, les marchés publics, les tables fermières...


Et on entend décidément miser sur l'appellation Zone boréale, souligne Nancy Ouellet, conseillère en communication et marketing pour la Table agroalimentaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui regroupe l'ensemble des parties prenantes du milieu. «C'est autant pour informer les visiteurs que les gens de la région qui, souvent, ne savent pas tout ce qui leur est offert. Par exemple, on peut cueillir de délicieuses cerises griottes à Métabetchouan ! La Zone boréale, c'est ça, et bien plus», dit-elle.


Que les nostalgiques soient rassurés : on trouvera encore un peu partout les fameux bleuets enrobés de chocolat, comme ceux que produisent depuis des décennies les Pères trappistes de Mistassini. Sauf que la région élargit de plus en plus son menu. Au profit de son économie, de même que des amateurs de produits locaux.

À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Immobilier: le Québec connaît un nouveau sommet historique

14/01/2019 | Martin Jolicoeur

Tel que prévu, l'activité immobilière de 2018 aura fracassé le précédent record et établi un nouveau sommet historique.

Le Québec ne doit pas «répéter l'erreur du jeu vidéo» avec l'intelligence artificielle

08/09/2017 | Alain McKenna

BLOGUE. Une autre ouverture de studio, une autre généreuse subvention provinciale à une multinationale étrangère...

À la une

Vidéo: comment prévoir l'arrivée d'une récession aux États-Unis

GESTIONNAIRES EN ACTION. Luc Girard présente 4 éléments qui pourraient contribuer à provoquer une récession aux É-U.

Air Canada bat les attentes, mais prévoit des coûts plus élevés

Air Canada tire plus de revenus de ses passagers en même temps que ses coûts augmentent.

Le bénéfice net d'Air Canada a plongé à 167 millions $ en 2018

Air Canada a transporté «un nombre sans précédent» de clients en 2018.