GFI Solutions rapatrie son capital et achète à Toronto

Publié le 11/01/2012 à 15:54, mis à jour le 11/01/2012 à 16:35

GFI Solutions rapatrie son capital et achète à Toronto

Publié le 11/01/2012 à 15:54, mis à jour le 11/01/2012 à 16:35

Par Marie-Claude Morin

La société française GFI Informatique vendra sa participation d’un peu plus de 60 % dans le GFI Solutions Canada pour se concentrer sur l’Europe et souffler financièrement.


Qui rachètera le capital? Gilles Létourneau, pdg de cette société montréalaise spécialisée dans les logiciels de gestion, a été avare de détails. Il parle de deux investisseurs institutionnels, qui ne détiennent pas encore de participation dans l’entreprise (le Fonds de solidarité de la FTQ est déjà actionnaire). Il est aussi secret quant à leur provenance. « Ce ne sont pas nécessairement des Québécois, ce qui ne veut pas dire que ce ne sont pas des Québécois. »


La haute direction de GFI participera également au financement. Certains dirigeants étaient déjà actionnaires de l’entreprise, mais pas tous. Après le financement, la très grande majorité des vice-présidents détiendront une partie du capital, précise M. Létourneau, qui profitera d’ailleurs de l’occasion pour accroître sa participation personnelle dans GFI. Combien investissent les dirigeants? Là encore, le pdg préfère garder les détails confidentiels pour le moment. « Mais c’est une partie assez importante, ce qui rassure d’ailleurs les investisseurs institutionnels », dit-il.


La vente du capital par la société française laisse nullement amer Gilles Létourneau. Vu le peu de synergies entre les deux entités, c’est selon lui un dénouement logique. En Europe, GFI Informatique se concentre dans les services, alors que la québécoise GFI réalise maintenant 80 % de son chiffre d’affaires en vendant des produits, les 20 % restants provenant de la prestation de services, le créneau initial de l’entreprise.


Les parties en sont à régler les derniers détails légaux et prévoient clôturer la transaction à la fin de janvier. Dans les médias européens, on évalue la valeur de la participation de 62,4 % à 75 M$.

Acquisition à Toronto
GFI Solutions (Québec) a par ailleurs clôturé l’acquisition de Tender Retail, une entreprise de Toronto comptant une trentaine d’employés. Présent dans 90 000 caisses enregistreuses, le logiciel de Tender Retail achemine l’information entre la caisse enregistreuse et le terminal au point de vente, cette petite boîte où les clients insèrent leur carte de débit ou de crédit. Lorsque le commerçant ne dispose pas d’un logiciel semblable, le caissier doit entrer manuellement le montant de la transaction d’achat.


« Tender Retail est le fournisseur intégré le plus important au Canada », explique Gilles Létourneau, pdg de GFI, qui préfère toutefois garder confidentielle la valeur de l’achat. La transaction accélèrera le développement de logiciels pour les transactions sur le web, que l’entreprise vendra par exemple à des détaillants et des municipalités.


Tender Retail amène également une intéressante liste de clients : Rona, La Senza, Pharmaprix, Dollarama, Jean Coutu... « C’est sûr qu’il y a des ventes croisées à faire et des possibilités d’accroître nos ventes chez ces gros clients », commente M. Létourneau.


Installée dans le Vieux-Montréal, GFI est une habituée des acquisitions. Depuis cinq ans, son chiffre d’affaires est passé de 12 M$ en 2005 à plus de 100 M$ l’an dernier. Elle a notamment acheté Fortsum Solutions d’affaires en 2009, de Bell Solutions d’affaires en 2008 et, plus récemment, d’activeMedia.

Autre transaction à venir
GFI Solutions annoncera début février une autre acquisition, nous apprend M. Létourneau sans fournir beacoup de détails. Les négociations sont pratiquement terminées, il ne reste plus qu’à s’entendre avec quelques clients, dit-il. L’entreprise achetée est québécoise et s’intégrera dans une unité d’affaires autre que Tender Retail. « C’est moins gros que Tender Retail en terme de taille, mais c’est également une transaction stratégique », commente le pdg.

À suivre dans cette section

Ce qui fait courir les foules
Édition du 29 Novembre 2014 | Dominique Froment

Sur le même sujet

L'Industrielle Alliance serait sur le point d'acheter Ten Star

06/11/2014 | Finance et Investissement

PRIMEUR - Investia Services Financiers et Centre national de courtage d’assurance, deux filiales de ...

Une tendance inquiétante à long terme

Même avec un taux de chômage bas, une société ne peut pas s'enrichir en l'absence d'épargne.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

La Bourse du Québec Inc. en voie de déclasser Toronto pour une deuxième année de suite

27/11/2014 | Yannick Clérouin et Rachel Tousignant

La chute des poids lourds pétroliers permet à la Bourse québécoise d’accroître l'écart avec la Bourse de Toronto.

L'OPEP serait-elle en train de tuer Énergie Est?

27/11/2014 | François Pouliot

BLOGUE. Quelle est la plus importante embûche pour Énergie Est? Gabriel Nadeau-Dubois ou l'OPEP?

Les cinq détaillants «wow» du Québec

Édition du 29 Novembre 2014 | Les Affaires

Léger dévoile en exclusivité avec Les Affaires son Indice Wow des chaînes offrant la meilleure expérience de magasinage.