Fiat a failli quitter l'Italie

Publié le 28/02/2013 à 10:49, mis à jour le 26/02/2013 à 10:51

Fiat a failli quitter l'Italie

Publié le 28/02/2013 à 10:49, mis à jour le 26/02/2013 à 10:51

Par Olivier Schmouker

John Elkann (g.) ne veut pas quitter la péninsule. Photo: Bloomberg

Fiat a été à deux doigts de quitter l'Italie. La haute direction du constructeur automobile a récemment reconnu y avoir longuement réfléchi, et que sa décision de rester sur sa terre natale et de n'y fermer aucune usine a été «un choix difficile».


Comment l'un des fleurons de l'économie italienne a-t-il pu en arriver à songer à une telle chose? C'est tout simplement que la crise frappe fort en Europe depuis de nombreux mois, et que pendant le même temps, Chrysler, son «allié américain», se porte, lui, de mieux en mieux. Du coup, les ventes de Fiat ont tellement plongé en Italie et dans le reste de l'Europe qu'elles ont atteint des niveaux aussi bas que ceux d'il y a plusieurs décennies.


À cela s'ajoute un coup de semonce, lorsqu'en septembre dernier la haute direction de Fiat a annoncé d'un plan, présenté en avril 2010, qui prévoyait 20 milliards d'euros (26,7 millions de dollars) d'investissements et la production de 1,4 million de véhicules en Italie en 2014. Cette annonce avait déclenché une vague d'attaques politiques et syndicales dans la péninsule.


Fiat a envoyé un signe fort pour affirmer sa ferme intention de rester en Italie. En janvier dernier, a été inaugurée une nouvelle usine destinée à produire des Maserati, près de Turin, un investissement d'un milliard d'euros (1,3 milliard de dollars). John Elkann, le président du conseil et petit-fils du célèbre patron historique de Fiat, Gianni Agnelli, en a profité pour dire : «En dépit des difficultés du marché, nous avons fait le choix difficile de continuer à produire en Italie. Et cette décision résulte en grande partie de la volonté de ma famille et de Sergio Marchionne, l'administrateur délégué de Fiat».


«Je confirme que nous ne fermerons pas d'usines en Italie. Nous sommes engagés sérieusement ici, et nous avons d'ailleurs une stratégie précise pour que cela se concrétise», a renchéri M. Marchionne, sans pour autant donner de détails à ce sujet.


L'administrateur délégué a souligné que, pour l'instant, le groupe Fiat se maintenait dans le vert, engrangeant en fait des bénéfices grâce à Chrysler. «Les résultats sont conformes à nos prévisions et le groupe se porte bien. Je pense que cette année la situation en Europe ne sera pas fondamentalement différente de celle que nous avons connue en 2012. Nous avons déjà réduit les pertes européennes au quatrième trimestre de l'année dernière», a ajouté M. Marchionne, considéré comme l'auteur du redressement du constructeur italien qui était au bord de la faillite au milieu des années 2000.


Il a d'ailleurs estimé que les activités de Fiat en Europe ne seraient plus déficitaires «en 2015-2016», assurant «travailler à plein régime pour parvenir à ce résultat».


(Avec AFP.)

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

La production automobile en profonde mutation

Édition du 13 Décembre 2014 | Charles Jolicoeur

Il est désormais pratiquement impossible pour un petit constructeur automobile de faire cavalier seul. Les coûts de ...

Les constructeurs nord-américains raffinent leurs stratégies

Édition du 13 Décembre 2014 | Charles Jolicoeur

On trouve actuellement 42 marques automobiles appartenant à 24 constructeurs automobiles. Les trois ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

Voici quelques solutions fiscales pour atténuer l’impact de la hausse des frais de garde décrétée par Québec.

Poutine joue à la roulette russe

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

Donner, ça se calcule

Édition de Novembre 2014 | Dominique Froment

Les dons spontanés, c'est bon pour le moral, mais ce n'est pas la meilleure façon de soutenir une ...