Faire découvrir le terroir québécois en France

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Avril 2014

Faire découvrir le terroir québécois en France

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Avril 2014

Par Matthieu Charest

Comme la plupart des exportateurs québécois, Yolande Kougioumoutzakis et Jean-François Veilleux aiment prendre des risques. Et même si ceux-ci sont finement soupesés, calculés, analysés, les aventures internationales, telles que la leur, ont tendance à se révéler déroutantes.


Le 20 juillet 2006, le jour même où ils lancent Nutra-Fruit, leur premier enfant vient au monde. «Ce n'était pas prévu à l'horaire, se souvient Mme Kougioumoutzakis en riant. Avec le recul, je trouve ça un peu fou, mais à 26 ans, on avait de l'énergie et on s'était dit "on va se mettre dans le trouble, on n'aura pas d'autre choix que de se montrer créatifs".»


Peu à peu, l'entreprise spécialisée dans la production et la commercialisation de produits dérivés de la canneberge prend du galon. La première année, le chiffre d'affaires est de 140 000 $.


Quelques mois après le lancement, les entrepreneurs de Québec participent au Salon international de l'alimentation (SIAL) Canada, qui se tient à Montréal. Là-bas, la demande internationale explose. «On a été inondés de commandes provenant de l'étranger, révèle l'entrepreneure. J'ai l'impression que nous avons fait les choses à l'envers, c'était peut-être prématuré.»


Si dès ses débuts, en 2007, Nutra-Fruit exporte déjà vers une dizaine de pays, dont le Liban, la Grèce et le Japon, la France occupe une place prépondérante.


Au SIAL Montréal, ils commencent à tisser des liens avec un jeune couple d'entrepreneurs de l'Hexagone, qui vient tout juste de fonder une famille. «Ils sont tombés amoureux du Québec après avoir séjourné ici, explique Mme Kougioumoutzakis. De retour en France, ils se sont installés à Quimper, en Bretagne, d'où ils distribuent des produits québécois en Europe.»


Leur entreprise, Kanata, se veut «l'épicerie fine du Québec en France». Le grossiste et importateur offre une grande variété de produits de chez nous, comme des bières, du sirop d'érable et les produits à base de canneberge conçus par Nutra-Fruit.


La petite baie rouge est encore méconnue en Europe. Mais ses vertus pour la santé, ainsi que son caractère exotique, en font un fruit de plus en plus prisé. «Des géants comme Ocean Spray ont défriché le marché européen pour nous, affirme-t-elle. Ils ont fait connaître la canneberge, ou "cranberry" en France, et maintenant, nous arrivons avec des compléments.»


Concentrer ses efforts sur le marché local


Après un départ canon à l'étranger, la crise éclate en 2008. «Les acheteurs sont devenus frileux, affirme Yolande Kougioumoutzakis. C'est à partir de ce moment-là qu'on s'est dit que c'était dangereux de mettre tant d'efforts à l'international. Mieux vaut devenir solide au Québec, quitte à "jouer au grand" après.»


À ce stade, la PME était «flexible», analyse la femme d'affaires. C'est cette qualité qui lui a permis de poursuivre sa croissance en réorientant ses efforts sur le marché local.


Reste que Nutra-Fruit perd alors la plupart de ses clients internationaux. Seule leur présence sur le marché français résiste à la tourmente. Entre-temps, la PME a même acquis un deuxième distributeur en France.


Des partenaires locaux qui permettent à l'entreprise de composer avec un environnement d'affaires bien différent. «C'est très bureaucratique en France, rappelle Mme Kougioumoutzakis. La hiérarchie est très présente aussi, on n'est pas habitués à ça ici. Disons que ça prend plusieurs pages pour nous dire quelque chose. En Amérique du Nord, on privilégie l'efficacité.»


La PME de Québec, qui compte 10 employés à l'année et 60 lors de la haute saison, est sur le point d'atteindre le million de chiffres d'affaires cette année, dont 10 % provient de la France.


Comme quoi elle ne devrait pas trop tarder à «jouer au grand».


Les Affaires s'est penché sur le récit de huit Québécois qui ont choisi de s'exiler pour démarrer une entreprise. Si leurs pays d'adoption respectifs - et leurs parcours - sont parfois aux antipodes, ils partagent tous une audace et une détermination singulière.


À lire aussi:
L'incontournable dragon chinois 
Sur la piste des géants, en Inde 
Un snowbird québécois fait fortune en Floride 
Conquérir la Terre sainte grâce à la musique 
Le Pérou, une véritable mine d'or 
Le succès british d'une entreprise de Longueuil
Neuf ans au Laos 

À suivre dans cette section


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Comment consomment les plus de 65 ans ?

Édition du 15 Septembre 2018 | Chloé Machillot

Brisant les clichés d'une vieillesse monotone et ennuyeuse, la génération des aînés actuelle se distingue des ...

À surveiller: Mediagrif, Savaria et Magna

Que faire avec les titres de Mediagrif, Savaria et Magna?

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour le 20/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.