Départ canon de la deuxième Tournée des entrepreneurs à Alma

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Juillet 2015

Départ canon de la deuxième Tournée des entrepreneurs à Alma

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Juillet 2015

Par Matthieu Charest

Credo ne fait pas les choses à moitié. Pour lancer la deuxième édition de la Tournée des entrepreneurs, l’accélérateur de projets montréalais a réussi à arracher une dizaine de jeunes entrepreneurs à leurs horaires surchargés. Puis, à les trimbaler de Montréal à Alma, le temps d’un long week-end. Enfin, 500 km plus tard, à les intégrer dans un événement qui allie réseautage et discussions sur le thème de l’entrepreneuriat, avec la communauté locale. Résultat, une fin de semaine hors du commun, faite de rencontres improbables dans un cadre enchanteur.


Pour quiconque traverse la réserve faunique des Laurentides vers le lac Saint-Jean la première fois, difficile de croire qu’une ville se dresse à l’autre bout. Encore moins une sémillante communauté entrepreneuriale. Dans le « parc », une fois le réseau cellulaire aspiré par un trou noir, les arbres s’alignent à l’infini. La sensation d’être coupé du reste du monde s’installe.


Pourtant, le dynamisme et l’ingéniosité des Jeannois sont aussi remarquables que la chaleur de leur accueil. Et c’est précisément pour le constater qu’il faut s’y rendre. D’ailleurs, pour l’occasion, vestons et cravates restent au vestiaire, le short et la camisole sont à l’honneur. L’atmosphère décontractée des arrêts de la Tournée est propice aux rencontres. Si le CV des entrepreneurs présents est impressionnant, ils restent très accessibles.


« Quand j’ai organisé le POW à la Caisse de dépôt et placement du Québec, Noah [Redler] et moi nous sommes dit : les gens des régions viennent toujours à Montréal pour participer à des événements, réseauter. Il faudrait, nous aussi, aller à leur rencontre », raconte Christian Bélair, président et confondateur de Credo, et ancien pdg du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ). Quelques mois plus tard, à l’été 2014, la première Tournée des entrepreneurs était née.


« Ça me rend un peu nostalgique d’être ici, raconte-t-il ; c’est comme ça que j’ai rencontré LP Maurice et Stéphanie Brisson. » C’est avec eux et Marie Eve Boisvert qu’il a fondé Credo, qui pilote dorénavant la Tournée.


Des participants du tonnerre, triés sur le volet


À Alma, l’événement officiel s’est ouvert le samedi 11 juillet à 13 heures, sur le terrain d’un gîte aux bords du lac. La vue est imprenable. Sous le chapiteau planté pour l’occasion, ils sont plus d’une cinquantaine. Tour à tour, ils se présentent et racontent un fait inusité à propos d’eux-mêmes. Les rires fusent, la glace est brisée.


Les entrepreneurs sélectionnés par la Tournée sont jumelés à un entrepreneur local. Mélanie Paul, vice-présidente du Groupe ADL, et Jean-Philippe Boily, ingénieur en chef pour Rainforest QA, sont du lot. Chacun anime une discussion, mais puisque trois ateliers ont lieu en même temps, ils doivent faire un pitch devant la foule. « Je vous propose ce sujet, suivez-moi ! » Une fois la demi-heure écoulée, le son de la casserole retentit, il est temps de revenir sous le chapiteau et de repartir sur une nouvelle vague de sujets.


Si l’ambiance est bon enfant, le temps est compté. Même affublés de sandales et de lunettes de soleil, ce sont des entrepreneurs. Et pas n’importe lesquels. Ils sont triés sur le volet par les organisateurs. « Ce n’est pas du hasard, mais les candidatures ne sont pas analysées par un comité en bonne et due forme non plus », précise Stéphanie Brisson, chargée de projets et cofondatrice de Credo. C’est elle qui organise la Tournée dans les moindres détails. « Nous activons nos réseaux, et les réseaux de nos réseaux pour les trouver. » Sur une centaine de candidatures, la moitié est retenue au final. « C’est assez taxant sur leurs horaires, explique-t-elle. Ils doivent aussi bien parler français. Nous voulons une bonne diversité chez les gens, comme dans le type d’entrepreneuriat. S’ils ont gagné des prix ou sont reconnus par leurs pairs, ça ne nuit pas non plus. »


Thérapie de groupe, bière à la main


Entre autres personnes présentes à Alma, Elizabeth Stefanka, de Stefanka Lingerie, propose le thème « comment passer à l’action ». Vincent Lachance, un Bleuet d’origine, qui a démarré Montréal Frais, suggère d’échanger sur « l’impact des mentors ». Plus concret, Raff Paquin, de LightSpeed, anime une rencontre sur les « sites Web 101 ». Une fois les miniconférences épuisées, tous les participants se rallient. Installés sur des chaises de patio placées en cercle, ils donnent leurs impressions. « Des fois, on pense que nous sommes loin, en région. Mais nous vivons tous la même chose. C’est très similaire », lance l’un. « Merci de partager vos expériences et de raconter vos échecs », ajoute un autre, avant de préciser, sourire en coin : « Ça me permet de ne pas les répéter ».


À peine la partie « formelle » de la journée terminée, une pluie torrentielle s’abat sur le site. Peu importe, tous se retrouvent sous le chapiteau pour la bière et le barbecue. Une occasion de poursuivre les conversations et, pourquoi pas, de tisser des liens d’affaires.


« J’ai aperçu un producteur de camerises [petit fruit nordique] qui a discuté d’un projet de bière avec deux frères qui lancent leur microbrasserie, se réjouit Stéphanie Brisson. Nous avons aussi démarré une collaboration avec un espace de coworking à Québec découvert lors d’un arrêt [Credo gère l’espace de travail partagé à Montréal, La Gare, dans le Mile-End]. L’an dernier, les gens qui organisent des festivals ont rencontré leurs pairs dans des municipalités éloignées. »


Des « vacances » à l’arraché


Outre la journée « officielle » de la Tournée, les entrepreneurs qui se déplacent en profitent également pour assister à l’un des festivals qui sont proposés en région. Les arrêts de la Tournée sont soigneusement planifiés pour offrir des activités à leurs participants. « J’ai vraiment l’impression d’être en vacances », explique Judith Fetzer, de Cook It. « C’est comme être vacances, sans se sentir coupable », ajoute Yannick Roy, président et cofondateur de BCI Montréal, un OBNL qui fait la promotion des neurotechnologies..


Les deux prochains arrêts auront lieu à Rimouski et Gatineau, les 25 juillet et 12 septembre, respectivement.


 

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une: construit-on trop de tours à bureaux au centre-ville de Montréal?

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, les 300 plus importantes PME du Québec.

Le goût d'entreprendre a triplé depuis 10 ans

06/11/2018 | François Normand

L'entrepreneuriat a fait des progrès depuis 2009. Il y a toutefois des enjeux par rapport aux hommes et aux immigrants.

À la une

Marier croissance et pénurie de main-d'oeuvre

Édition du 10 Novembre 2018 | Jean-François Venne

Fondé en 1976 à Thetford Mines, mais installé à Disraeli depuis 1982, Nutech se spécialise dans l'usinage de ...

Bourse: Wall Street plonge à la clôture

Mis à jour le 12/11/2018 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les grands coupables de ce recul sont Apple et Goldman Sachs.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

12/11/2018 | LesAffaires.com et AFP

«Les facteurs baissiers sont nombreux.»