Aide à la création d'entreprises: à bas la limite d'âge!

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Avril 2014

Aide à la création d'entreprises: à bas la limite d'âge!

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Avril 2014

Par Dominique Froment

Photo: iStock

Si vous songez à vous lancer en affaires, dépêchez-vous de vous y mettre avant votre 36e anniversaire. Parce qu'après, l'aide financière apportée par les organismes régionaux se raréfie... Heureusement, la situation semble en train de changer. Et pour cause : les personnes que nous avons interrogées sont toutes d'accord ; plus rien ne justifie d'imposer une limite d'âge pour être admissible aux programmes d'aide à la création d'entreprises.


Sur le site de l'Association des centres locaux de développement du Québec, les critères d'admissibilité au populaire programme Jeunes promoteurs mentionnent clairement qu'il faut avoir au moins 18 ans et au plus 35 ans. À l'heure où, vieillissement de la population oblige, on s'inquiète d'une possible pénurie d'entrepreneurs, pourquoi décourager les 36 ans ou plus de se lancer en affaires ?


C'est justement la réflexion qui a amené la Société de développement économique (SODEC) Rivière-des-Prairies, Pointe-aux-Trembles, Montréal-Est à abolir cette limite d'âge le 17 février dernier. Et quelques centres locaux de développement (CLD) pourraient commencer à faire de même. C'est le cas de la Corporation de développement économique communautaire Saint-Léonard et du CLD de l'agglomération de Longueuil, dont le critère est maintenant d'avoir créé ou acquis une entreprise moins de cinq ans auparavant.


«Non seulement nous avons aboli la limite de 35 ans, mais nous avons aussi changé le critère de "nouvelle entreprise" par "entreprise de 0 à 5 ans"», dit Marie-Claude Fontaine, conseillère senior à cette SODEC.


«Nous avons aussi amélioré notre programme de formation et de coaching à l'intention de ces entrepreneurs», ajoute-t-elle.


«La réalité est différente de celle qui prévalait à l'époque où ce programme a été lancé, affirme pour sa part Diane Laroque, chargée de projets à cette même SODEC. Aujourd'hui, certaines personnes prennent leur retraite dans la cinquantaine pour se lancer en affaires. Il n'y a pas de raison pour qu'on les laisse tomber.»


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Les grand(e)s de la gouvernance

Édition du 09 Février 2019 | Simon Lord

LES GRAND(E)S DE LA GOUVERNANCE — Ils sont influents. Ils sont diplômés des meilleures ...

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour à 15:09 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

Commerce international: téléchargez notre livre blanc issu de la ­Grande consultation

Édition du 09 Février 2019 | Les Affaires

Le 6 novembre dernier, Les Affaires organisait la Grande consultation sur le Commerce international. Les discussions ...