" Les pays émergents seront touchés fin 2009 "

Publié le 25/10/2008 à 00:00

" Les pays émergents seront touchés fin 2009 "

Publié le 25/10/2008 à 00:00

Par François Normand

Journal Les Affaires - L'économie mondiale plongera-t-elle en récession en 2009 ?

Clément Gignac - Si la définition d'une récession mondiale est celle du Fonds monétaire international [une croissance inférieure à 3 % durant au moins deux trimestres consécutifs], oui, c'est notre scénario le plus probable. Selon nous, la croissance avoisinera 2,5 %, mais pendant plus de six mois. La grande question est à savoir si la situation durera un an ou deux. Évidemment, nous n'assisterons pas à une croissance négative du PIB mondial. Aussi, je ne partage pas la définition de récession du FMI; [à 2,5 %] j'appellerais plutôt ça un gros ralentissement économique, avec deux années consécutives de croissance inférieure à 3 %.

JLA - Par son ampleur, cette récession ressemblera-t-elle à quelque chose de déjà vu depuis 30 ans ?

C.G. - Il faut remonter assez loin. En 2001-2002, l'économie mondiale a certes connu un bon ralentissement économique, mais ce n'était pas vraiment prononcé. Même chose en 1990-1991 : les États-Unis étaient en récession, alors que l'Europe occidentale était toujours en croissance. Il n'y avait donc pas de synchronisation dans les cycles économiques. En fait, il faut remonter à la période 1980-1982 [les États-Unis ont alors subi deux récessions : la première a duré 6 mois, la seconde, 16 mois] pour voir un ralentissement économique mondial synchronisé, avec plusieurs pays de l'OCDE en récession. En outre, ce qui est encore plus troublant, la part des pays émergents dans l'économie mondiale est aujourd'hui beaucoup plus importante qu'au début des années 1980.

JLA - Quelles seront les régions du monde les plus touchées ?

C.G. - Tout le monde va y goûter, mais en différentes phases. Les États-Unis et l'ensemble des pays occidentaux, en 2008 et dans la première moitié de 2009. Un peu plus tard, au second semestre de 2009 et en 2010, les pays émergents seront touchés à leur tour, de l'Amérique du Sud à l'Asie en passant par l'Europe de l'Est. On constatera que leurs institutions publiques (gouvernement, banque centrale, etc.) et leur secteur bancaire sont moins développés que ceux des pays industrialisés pour faire face à la crise. C'est ce qui explique, entre autres, que la reprise se manifestera plus rapidement en Occident.

JLA - Quand les économies américaine et européenne amorceront-elles une reprise ?

C.G. - Durant la deuxième moitié de 2009. Je pense que la récession s'intensifiera dans les prochains mois. Le secteur immobilier aux États-Unis, en récession depuis près de deux ans, n'est même pas encore stabilisé, et les mises en chantier stagnent toujours. Ainsi, l'ensemble de l'économie américaine pourrait être en récession sur une période pouvant aller jusqu'à 15 mois, soit presque aussi longtemps que la récession de 1981-1982. Cela signifie que le taux de chômage pourrait augmenter de 4 points de pourcentage. En revanche, la bonne nouvelle, c'est que les taux d'intérêt n'ont pas fini de baisser et que le prix du pétrole est aussi en déclin. Cela représente l'équivalent d'une baisse d'impôt pour les consommateurs. Dans les pays émergents, la reprise se manifestera en 2010.

francois.normand@transcontinental.ca

À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

À la une

SNC-Lavalin dévoile une perte de 1,6G$, coupe son dividende

Mis à jour il y a 3 minutes | Denis Lalonde

SNC-Lavalin a fait état d’une perte nette de 1,6 milliard $ (G$) au 4e trimestre, soit l’équivalent de 9,11$ par action.

À surveiller: Loblaw, Valener et Gildan

Que faire avec les titres de Loblaw, Valener et Gildan? Voici quelques recommandations d'analystes.

Les ventes de Loblaw déçoivent, l'action perd 5%

Mis à jour le 21/02/2019 | Dominique Beauchamp

Sans l'effet de l'inflation, les ventes par magasin comparable de Loblaw reculent de 0,2%.