" Trente ans se sont évaporés en 30 jours "

Publié le 04/12/2010 à 00:00, mis à jour le 14/12/2010 à 17:47

" Trente ans se sont évaporés en 30 jours "

Publié le 04/12/2010 à 00:00, mis à jour le 14/12/2010 à 17:47

Par Marie-Eve Fournier

Même si les relations avec votre banquier sont au beau fixe depuis des décennies, elles peuvent s'envenimer très rapidement et menacer l'équilibre de votre entreprise. Le détaillant Jacob l'a appris à ses dépens au cours des dernières semaines. Au moment où il élaborait un plan de relance avec PricewaterhouseCoopers, ses fournisseurs et les propriétaires de centres commerciaux, la Banque Nationale a réduit sa marge de crédit.


Les choses ont dégénéré à tel point que Jacob s'est placé à l'abri de ses créanciers, le 19 novembre. La semaine dernière, au cours des audiences tenues au Palais de justice de Montréal dans le cadre de la restructuration du détaillant, la tension entre les protagonistes était palpable.


L'homme d'affaires Joseph Basmaji, qui a ouvert la première boutique Jacob en 1976, est venu à la barre raconter les événements des derniers mois. " En janvier dernier, notre marge de crédit était de 15 millions de dollars (M$). Un matin, la jeune femme qui fait le suivi de la trésorerie a découvert que la marge était rendue à 1 M$. Sans avis ni explications ! "


L'unique propriétaire de la chaîne de magasin a indiqué qu'il avait rapidement communiqué avec son banquier pour voir s'il s'agissait d'une erreur. " On m'a dit : donnez-nous vos liquidités, on va vous soutenir et honorer les chèques. Cela a créé de l'incertitude tout au long du printemps. Ça a été dur à gérer ", a confié l'homme de 58 ans.


Selon les avocats de la Banque Nationale (BN), ce changement était permis par la convention de crédit. Mais le juge Martin Castonguay a considéré cette justification sans intérêt pour la Cour.


À suivre dans cette section

Dans la jungle du réseautage
Édition du 25 Octobre 2014 | Les Affaires

Sur le même sujet

Louis Vachon, le banquier sans complexe

Édition du 11 Octobre 2014 | Marie-Claude Morin

Dans la salle de conférence attenante à son bureau, Louis Vachon est affable et de bonne humeur. La Banque Nationale ...

Courtage en ligne: nouvelles offensives de la Banque Nationale et de la CIBC

Édition du 11 Octobre 2014 | Stéphane Rolland

La Banque Nationale et la CIBC lancent deux offensives différentes dans la guerre que se livrent les courtiers ...

OPINION De bonne source: Geneviève Brouillard, Banque Nationale
Édition du 27 Septembre 2014 | Les Affaires
Qui offrira le RVER au Québec?
Édition du 20 Septembre 2014 | Nathalie Vallerand
Thérapeutique Knight, le nouveau poulain de Jonathan Goodman
Édition du 20 Septembre 2014 | Jean Décary
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.