Véhicules électriques: AddÉnergie s'attaque au marché résidentiel

Publié le 15/06/2016 à 15:44

Véhicules électriques: AddÉnergie s'attaque au marché résidentiel

Publié le 15/06/2016 à 15:44

Le président et chef de la direction de AddEnergie, Louis Tremblay. (Photo: courtoisie)

Après s’être implantée dans le marché des commerces et des édifices à bureaux, AddÉnergie, de Québec, lance le réseau FLO, un réseau de bornes de recharge qui permettra aux propriétaires de véhicules électriques (VÉ) de recharger leur véhicule tant au travail qu’à la maison, et lors de leurs déplacements.


Retour au dossier Électrification des transports


 


Depuis sa création en 2009, l’entreprise, qui compte 55 employés et fabrique l’intégralité de ses bornes à son usine de Shawinigan, a développé un réseau de 2000 bornes au Québec (RéseauVER), en Colombie-Britannique, en Ontario, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick (VERnetwork). Son objectif est d’ajouter 8000 bornes au Canada dans les cinq prochaines années.


Pour ce faire, la PME a décidé de s’attaquer au secteur résidentiel. «Il y a un marché à saisir dans ce secteur, notamment dans les immeubles à condominiums», explique Louis Tremblay, président et chef de la direction d’AddÉnergie.


Dans le domaine résidentiel, il se vend une borne par acquéreur de VÉ, ce qui rend le marché intéressant, le nombre d’adeptes étant en croissance. Dans la province, les enregistrements de modèles électriques ont augmenté de 67,5 % entre 2015 et 2016, selon l’Association des véhicules électriques du Québec, pour atteindre un peu plus de 9700 unités fin avril 2016.


Une nouvelle borne intelligente


Pour faire sa place dans le marché déjà occupé par des concurrents, AddÉnergie a conçu un nouveau produit. Cette borne, dont les premiers modèles seront livrés à l’automne, sera vendue 1195$, un prix un peu supérieur à celui de ses concurrentes, comme le québécois EVDuty d'Elmec, les produits du canadien Eaton ou encore de Siemens et Schneider.


L’innovation réside en ce que ces bornes permettront de partager l’énergie entre plusieurs véhicules, selon le dirigeant de l’entreprise. « Les bornes actuellement sur le marché ne rechargent qu’un seul véhicule à la fois. Au bout de quelques heures, une fois le véhicule rechargé, la borne n’est plus utilisée alors qu’elle pourrait servir pour un autre véhicule», constate Louis Tremblay. Une seule borne à la maison pourrait donc permettre de recharger deux véhicules l’un à la suite de l’autre.


Dans les immeubles en copropriété, les bornes de recharge seraient intégrées d’emblée dans les infrastructures, sur le même modèle que les équipements de connexion aux services des câblodistributeurs. Les résidants paieraient alors une mensualité pour se raccorder au réseau de bornes. « Nous croyons que le fait de simplifier la recharge et d’accroître la fluidité permettra d’accélérer l’adoption du véhicule électrique par un plus grand nombre de personnes », poursuit Louis Tremblay.


Vers l’exportation


Ce virage d’ AddÉnergie a été facilité grâce à un investissement total de 12,8 millions de dollars consenti en avril dernier par la Caisse de dépôt et placement du Québec (8,5 M$), et d'Investissement Québec (4,3 M$).


Ce financement a permis à l’entreprise de doubler la capacité de son usine de Shawinigan pour la porter à 20 000 pi2. Cet agrandissement permettra également à AddÉnergie de faire face à un contrat de fourniture de 1500 bornes pour le réseau Circuit électrique d’Hydro-Québec. Le nombre d’employés est en hausse : 15 ont été embauchés en 2015 et une quinzaine supplémentaires pourraient l’être cette année, selon Louis Tremblay.


Prochaine étape du développement de la PME : développer le marché américain puis, à moyen terme, celui de l’Europe. AddÉnergie a d’ores et déjà un bureau à Mississauga. Un autre devrait ouvrir prochainement à Vancouver. Le rêve de Louis Tremblay : «faire en sorte qu’AddÉnergie soit «leader dans son domaine aux États-Unis dans deux ans et en Europe dans quatre ans».


 


 

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

La véritable égalité passe par l'homme blanc

Il y a 49 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. La naissance de ma première fille m’a ouvert les yeux sur une triste réalité.

MTY-Imvescor: les points forts de la téléconférence

Le prix de 4,10$ pour Imvescor est un compromis entre un prix juste et celui que MTY était prête à payer.

Le cadeau empoisonné du patron

BLOGUE. Des avantages offerts par l’employeur sont parfois accompagnés d’une note fiscale salée. Faut-il les refuser?