Poursuite de 468 M$ contre Bombardier

Publié le 04/03/2013 à 13:03, mis à jour le 11/10/2013 à 15:05

Poursuite de 468 M$ contre Bombardier

Publié le 04/03/2013 à 13:03, mis à jour le 11/10/2013 à 15:05

Par La Presse Canadienne

La société de trains de banlieue de Berlin a intenté une poursuite d'environ 468 millions $ contre Bombardier Transport pour lui avoir livré des trains qu'elle estime défectueux, des allégations que la compagnie québécoise a jugées diffamatoires et qu'elle a fermement rejetées.


S-Bahn Berlin, une filiale de Deutsche Bahn (DB), a déposé une poursuite d'environ 350 millions d'euros à la cour régionale de Berlin, à cause de « défectuosités sérieuses » dans les trains que Bombardier a fournis pour la société de transport rapide de Berlin.


« Au cours des derniers mois, DB a tenté en vain d'en venir à une entente sous la forme d'un règlement à l'amiable », a indiqué la compagnie.


Elle soutient avoir été forcée de remplacer toutes les roues et tous les arbres d'essieu des trains livrés par Bombardier, ce qui a représenté d'importantes dépenses. Les systèmes de freinage et de moteurs de traction ont aussi dû être adaptés, et dans certains cas remplacés, explique le transporteur ferroviaire.


Bombardier Transport a rejeté ces allégations et averti qu'elle se réservait « le droit de toute action quant à ces accusations diffamatoires ».


Selon le constructeur, les obligations de garantie des trains de banlieue berlinois, qui sont de la série 481, ont pris fin en 2007 et la performance de trains a été bonne jusqu'à cette date.


« La société S-Bahn Berlin est depuis le début responsable des travaux de maintenance. Bombardier Transport n'est soumise à aucun engagement contractuel concernant la maintenance et la réparation de la série 481 », a soutenu Bombardier Transport dans un communiqué.


Deutsche Bahn a expliqué qu'une enquête externe indépendante menée par un cabinet d'avocats avait révélé les failles et conclu que la société était en droit d'exiger une compensation.


Le transporteur a ajouté que Bombardier faisait également l'objet d'autres poursuites, pour un montant total de 160 millions d'euros (environ 214 millions $) devant les cours régionales de Berlin et de Munich en lien avec d'autres trains.


Dans sa réplique, Bombardier s'est dite convaincue qu'une procédure judiciaire n'était pas dans l'intérêt des deux compagnies et elle a indiqué qu'elle était prête à continuer les négociations avec son client allemand.


L'action de Bombardier a retraité lundi de 5 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 4,06 $.

Sur le même sujet

10 choses Ă  savoir vendredi

21/11/2014 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Le cadeau de Noël des banques centrales, le vin par abonnement cartonne, le bijoutier montréalais Birks brille en Bourse

L'activité stimulée par le transport et les infrastructures

Édition du 22 Novembre 2014 | Jean-François Venne

D'importants projets au Canada et aux États-Unis, comme le remplacement du pont Champlain, pourraient regarnir les ...

OPINION Pourquoi Acier profilé SBB a besoin d'outils de financement flexible
Édition du 22 Novembre 2014 | Jean-François Venne
10 choses Ă  savoir mardi
18/11/2014 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin
Raymond Bachand devient lobbyiste pour Bombardier
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les vieux ratoureux qui profitent du système

25/11/2014 | Daniel Germain

BLOGUE. Pourquoi des riches arrivent à mettre la main sur une aide financière conçue pour les pauvres ?

Les prévisions d'Oppenheimer pour 2015

Oppenheimer & Co. prévoit un gain d’encore 11,6 % du S&P 500 américain l'an prochain et une hausse de 8 % des bénéfices.

Fonction publique: Québec supprime 1 150 postes

Québec décrète une série de mesures visant à contrôler les dépenses gouvernementales et à réduire la taille de l'État.