Poursuite de 468 M$ contre Bombardier

Publié le 04/03/2013 à 13:03, mis à jour le 11/10/2013 à 15:05

Poursuite de 468 M$ contre Bombardier

Publié le 04/03/2013 à 13:03, mis à jour le 11/10/2013 à 15:05

Par La Presse Canadienne

La société de trains de banlieue de Berlin a intenté une poursuite d'environ 468 millions $ contre Bombardier Transport pour lui avoir livré des trains qu'elle estime défectueux, des allégations que la compagnie québécoise a jugées diffamatoires et qu'elle a fermement rejetées.


S-Bahn Berlin, une filiale de Deutsche Bahn (DB), a déposé une poursuite d'environ 350 millions d'euros à la cour régionale de Berlin, à cause de « défectuosités sérieuses » dans les trains que Bombardier a fournis pour la société de transport rapide de Berlin.


« Au cours des derniers mois, DB a tenté en vain d'en venir à une entente sous la forme d'un règlement à l'amiable », a indiqué la compagnie.


Elle soutient avoir été forcée de remplacer toutes les roues et tous les arbres d'essieu des trains livrés par Bombardier, ce qui a représenté d'importantes dépenses. Les systèmes de freinage et de moteurs de traction ont aussi dû être adaptés, et dans certains cas remplacés, explique le transporteur ferroviaire.


Bombardier Transport a rejeté ces allégations et averti qu'elle se réservait « le droit de toute action quant à ces accusations diffamatoires ».


Selon le constructeur, les obligations de garantie des trains de banlieue berlinois, qui sont de la série 481, ont pris fin en 2007 et la performance de trains a été bonne jusqu'à cette date.


« La société S-Bahn Berlin est depuis le début responsable des travaux de maintenance. Bombardier Transport n'est soumise à aucun engagement contractuel concernant la maintenance et la réparation de la série 481 », a soutenu Bombardier Transport dans un communiqué.


Deutsche Bahn a expliqué qu'une enquête externe indépendante menée par un cabinet d'avocats avait révélé les failles et conclu que la société était en droit d'exiger une compensation.


Le transporteur a ajouté que Bombardier faisait également l'objet d'autres poursuites, pour un montant total de 160 millions d'euros (environ 214 millions $) devant les cours régionales de Berlin et de Munich en lien avec d'autres trains.


Dans sa réplique, Bombardier s'est dite convaincue qu'une procédure judiciaire n'était pas dans l'intérêt des deux compagnies et elle a indiqué qu'elle était prête à continuer les négociations avec son client allemand.


L'action de Bombardier a retraité lundi de 5 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 4,06 $.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Ces québécoises se relÚveront-elles?

Édition du 25 Octobre 2014 | François Pouliot

On l'avait oubliĂ©, mais la voilĂ  qui revient : la crainte. Les marchĂ©s boursiers hĂ©sitent au moment oĂč les ...

Bombardier lance le Challenger 650 pour garder la lancée du 605

20/10/2014

Afin de garder sa position de tĂȘte dans les jets d'affaires de moyenne catĂ©gorie, Bombardier lance un 605 amĂ©liorĂ©.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut Ă©viter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le gĂ©ant Procter & Gamble a annoncĂ© qu’il comptait se sĂ©parer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face Ă  leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-SĂ©lect.