La SGF se débarrasse de PTT Poly Canada à Montréal-Est

Publié le 09/12/2009 à 12:00

La SGF se débarrasse de PTT Poly Canada à Montréal-Est

Publié le 09/12/2009 à 12:00

Par Martin Jolicoeur

La Société générale de financement (SGF) a vendu, sans tambour ni trompette il y a une semaine, son usine de la société en commandite PTT Poly Canada, dans Montréal-Est. La SGF a englouti plus de 100M$ dans la mise sur pied de cette usine, pour finalement mettre fin à ses activités, cinq ans plus tard, en mars dernier.


L’acquéreur, Imatosil Group (IMG), du Portugal, prévoit modifier les installations actuelles afin de produire du PET (polyéthylène téréphtalate), une des résines thermoplastiques utilisée dans l'industrie de l'emballage.


Le montant de la transaction, conclue le 30 novembre, de même que les rendements tirés de cet investissement n’ont pas été rendus publiques. La SGF, commanditaire à part égale de PTT Poly Canada, avec cette société avec Shell Chemicals Canada, soutient qu'une clause de confidentialité l'empêche de divulguer quelque information financière que ce soit, en rapport non seulement à la transaction mais aussi à ses investissements passés dans cette société.


Ouverture à l'automne 2010


PTT Poly Canada avait cessé ses activités en mars dernier, laissant sur le careau une soixantaine de travailleurs. Lorsque les travaux de conversions seront terminés, l’usine prévoit l’embauche d’un nombre équivalent d’employés, des emplois spécialisés précise l’entreprise.


«Il s’agit d’une très belle nouvelle pour ce secteur de l’île, affirme Nancy Rioux, directrice des ressources humaines de PTT Poly Canada. L'usine devrait entamer ses activités au cours du troisième trimestre de 2010. L'usine, dit-on, sera la seule à produire du PET au Canada.


IMG changera le nom de l'entreprise pour celui de Selenis Canada. IMG est une entreprise diversifiée. Elle exerce ses activités dans cinq secteurs distincts, soit les placements financiers, les souscriptions privées, les produits pétrochimiques, les biens immobiliers et l'énergie renouvelable.


Plus de 100 millions d'investissement de la SGF


En mars dernier, l’usine avait cessé ses activités. La direction expliquait alors qu'en raison de la surcapacité de l'industrie du polymère et de la décroissance de l'industrie nord-américaine du tapis, elle n'a jamais pu atteindre la rentabilité. Et, malgré un intérêt marqué des marchés asiatiques pour le PTT (polytriméthylène téréphtalate) _ un polymère utilisé dans la fabrication de fibres pour les textiles, les tapis, les vêtements, les pellicules plastiques et autres produits _, il n'a pas été possible pour Poly Canada de pallier la baisse de la demande.


Construite en 2002, PTT Poly Canada a amorcé ses activités en 2004. Il s'agissait de la première usine commerciale utilisant la technologie de polymérisation en continu de PTT.


En annonçant le début de la phase de démarrage du projet en juin 2004, la SGF avait précisé que la mise en place de cette usine allait créer quelque 100 emplois directs et indirects. La SGF précisait à l'époque avoir investi environ 100 millions $ dans l'entreprise qui a bénéficié également d'une contribution d'Investissement Québec de 15 millions $, dont un prêt de 5 millions $. 


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

Un dirigeant de Rio Tinto réitère son soutien à l'ALENA

22/09/2017 | Les Affaires PRO

Selon Gervais Jacques, directeur exécutif Atlantique chez Rio Tinto et notamment en charge des opérations ...

Tim Hortons mate la rébellion des franchisés

22/09/2017 | François Remy

La direction de la chaîne de cafés a décidé de menacer les franchisés récalcitrants de rupture de contrat.

À la une

«C'est une des choses qui tuent les studios de jeux vidéo»

25/09/2017 | Denis Lalonde

Voici la réalité des studios indépendants, ou indies, dans le jargon de l'industrie...

Sans le savoir, ce PDG québécois vient de se lancer un ultimatum

Édition du 16 Septembre 2017 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. J'ai une suggestion pour le patron de ProMetic, qui juge son entreprise sous-évaluée...

Le Québec, terreau fertile pour un leader populiste?

25/09/2017 | Olivier Schmouker

Aujourd'hui, 2 Québécois sur 3 se disent prêts à voter pour un leader populiste, selon un sondage Crop-Cogeco.