Fidéliser les pilotes, le défi des petits transporteurs

Publié le 20/02/2010 à 00:00

Fidéliser les pilotes, le défi des petits transporteurs

Publié le 20/02/2010 à 00:00

Par Stéphane Rolland

Si les grands transporteurs comme Air Canada, WestJet et Air Transat n'ont pas de difficulté à attirer des pilotes au moment d'embaucher, la situation est tout autre dans les petites et moyennes entreprises, qui sont les premières touchées par la rareté de la main-d'oeuvre.


" Actuellement, les grands transporteurs n'embauchent pas, mais quand ils le font, ils viennent recruter chez nous ", dit Marie-Noëlle Pronovost, directrice des ventes et du développement d'affaires de Propair, un transporteur aérien régional.


Mme Pronovost ne s'inquiète pas pour autant de cette tendance. " La dotation par les grands acteurs demande un effort supplémentaire de la part de nos gestionnaires qui doivent composer avec le roulement des effectifs, mais nous comblons toujours nos postes, ajoute-t-elle. Le fait d'avoir notre siège social à Rouyn-Noranda nous aide à conserver les travailleurs qui veulent rester dans la région. "


Démographie inquiétante


La crise économique a réduit la pression sur les besoins de main-d'oeuvre, mais la tendance démographique inquiète les intervenants du secteur aérien.


" La pénurie recommencera une fois la reprise entamée, croit Marco Prud'Homme, pdg de l'Association québécoise du transport aérien (AQTA). Il y avait déjà un manque de personnel pour l'exercice 2007-2008. "


Le métier de pilote ne paraît plus sur l'écran radar des jeunes. " Après les attentats du 11 septembre 2001, les mesures de sécurité ont été renforcées, ce qui a réduit la visibilité de nos professionnels ", dit M. Prud'Homme.


Seulement 649 licences de pilotes professionnels d'avions ont été octroyées au Québec depuis cinq ans.


" Cela représente 15 % des permis accordés au pays, alors que nous représentons 23 % dans la population canadienne, dit M. Prud'Homme. De plus, les étudiants étrangers comptent pour 25 à 40 % des étudiants. Une fois leur diplôme obtenu; ils travaillent à l'extérieur du Canada. "


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

SNC-Lavalin coupe une centaine de postes un peu partout au Canada

13/12/2018 | Julien Arsenault, PC

Ces éliminations ne représentent toutefois qu’une faible proportion de l’effectif de SNC-Lavalin au Canada.

Devenir auto-entrepreneur, le meilleur moyen de s'appauvrir!

07/12/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. «Bye-bye boss, je vais devenir mon propre boss !» Hum, peut-être pas la meilleure idée qui soit...

À la une

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.