Les Canadiens ont plus voyagé, mais accueilli moins de visiteurs

Publié le 20/11/2012 à 11:29

Les Canadiens ont plus voyagé, mais accueilli moins de visiteurs

Publié le 20/11/2012 à 11:29

Par La Presse Canadienne

Scène de la vie courante, en Inde. Photo: Bloomberg

Les Canadiens ont effectué davantage de voyages à l'extérieur du pays en septembre, mais le nombre de visiteurs étrangers a diminué au cours de cette période, a révélé mardi Statistique Canada.


Les résidents canadiens ont effectué 5,6 millions de voyages vers les États-Unis et le reste du monde en septembre, une hausse de 2,9 pour cent par rapport au mois d'août.


Environ la moitié de ces déplacements, soit 2,8 millions, étaient des voyages avec nuitées, ce qui représente un sommet depuis 1972, lorsque les données à ce sujet ont été recueillies pour la première fois.


Les résidents canadiens ont également effectué 4,8 millions de voyages vers les États-Unis, en hausse de 3,1 pour cent par rapport au mois d'août. Les voyages avec nuitées et ceux effectués en une journée ont tous les deux augmenté.


Le nombre de déplacements des Canadiens vers les pays étrangers autres que les États-Unis a augmenté de 2 pour cent pour atteindre 809 000.


En revanche, les résidents des États-Unis ont effectué 1,7 million de voyages au Canada en septembre, en baisse de 0,9 pour cent. Les résidents des autres pays étrangers ont quant à eux fait 372 000 voyages vers le Canada, ce qui représente également une diminution de 0,9 pour cent.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

É-U: le mauvais temps s'invite pour Thanksgiving

16:28 | AFP

Plus de 3 000 vols ont été annulés ou retardés mercredi aux État-Unis en raison du mauvais temps.

Le Canada trop exposé au marché immobilier, dit le FMI

Les prêteurs hypothécaires devraient compter moins sur Ottawa pour réduire les risques inhérents au marché immobilier.

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

Mis à jour à 16:51 | La Presse Canadienne

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.