Études douteuses: le ministre du Tourisme promet une suite

Publié le 27/09/2012 à 17:46, mis à jour le 27/09/2012 à 19:00

Études douteuses: le ministre du Tourisme promet une suite

Publié le 27/09/2012 à 17:46, mis à jour le 27/09/2012 à 19:00

Par Martin Jolicoeur

Le nouveau ministre délégué au Tourisme du Québec, Pascal Bérubé, n’entend pas laisser sans lendemain le débat qui a cours sur la crédibilité des études d’impact économique produites depuis des années dans l’industrie touristique du Québec.


Sans prendre d’engagement concret quant à l’orientation que le ministre prendra dans le dossier, son responsable de cabinet, Alexis Boyer-Lafontaine, a déclaré à LesAffaires.com que le ministère prenait acte des opinions exprimées depuis quelques jours et qu’il estimait les questions soulevées suffisamment importantes pour que le ministère ne fasse pas l’économie d’un minimum de réflexion sur les pratiques de l’industrie.


Profitant de la tribune que lui offrait un symposium organisé à Montréal, par la Chaire de tourisme Transat de l’UQAM en début de semaine, l’économiste Jean-Marc Bergevin a déclaré que les études mises de l'avant par les organisateurs de grands événements touristiques, utilisaient des méthodologies douteuses qui avaient pour effet de surestimer les retombées économiques de leurs activités.


Plus: Des études d'impact qui frôlent le mensonge


Ce dernier rejoignait l’opinion exprimée à l’été 2011 par l’économiste Claude Montmarquette, le pdg du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) et professeur émérite à l'Université de Montréal. Ce dernier avait alors affirmé que les véritables retombées de l’activité produite par les membres du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI) n'atteignent pas plus de 10% des 321M$ de retombées qu’ils prétendaient, études à l’appuie.


Un comité sous surveillance


Le représentant du cabinet du ministre Bérubé, M. Boyer-Lafontaine, affirme qu’un comité en charge des questions méthodologiques au ministère du Tourisme du Québec a déjà été saisi des questions soulevées durant le symposium, des 24 et 25 septembre dernier. Ce comité, formé il y a plusieurs années, serait composé de représentants de Tourisme Québec, de l’Institut de la Statistique du Québec (ISQ), de Statistique Canada, du REMI et de Tourisme Montréal, notamment.


Sur le même sujet

Pour atteindre la prospérité, il faudra se mouiller

Édition du 31 Janvier 2015 | RenĂ© VĂ©zina

BLOGUE. En principe, le QuĂ©bec devrait ĂȘtre prospĂšre. Il dispose de multiples atouts. Pourtant, son PIB par habitant ...

Responsabiliser collectivement les médecins et débureaucratiser

Édition du 31 Janvier 2015 | Jean-Paul GagnĂ©

BLOGUE. Connaissez-vous un service pour lequel les clients sont libres de commander toutes sortes de soins sans en ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

AprĂšs 10 ans, Thierry Vandal quitte son poste Ă  la tĂȘte d'Hydro-QuĂ©bec

Les raisons de son départ ne sont pas connues. Il restera en poste jusqu'au 1er mai.

Le pétrole bondit dans l'espoir d'une baisse de l'offre américaine

15:44 | AFP

Le prix du pétrole a bondi de près de quatre dollars vendredi à New York, des ...

L'ex-prĂ©sident de la SAQ prend la tĂȘte d'Uniprix

L’ex-prĂ©sident de la SociĂ©tĂ© des alcools du QuĂ©bec (SAQ), Philippe Duval, devient prĂ©sident du Groupe Uniprix.