Deux vols désastreux ternissent davantage la réputation d'American Airlines

Publié le 01/10/2012 à 17:24, mis à jour le 02/10/2012 à 06:12

Deux vols désastreux ternissent davantage la réputation d'American Airlines

Publié le 01/10/2012 à 17:24, mis à jour le 02/10/2012 à 06:12

Par AFP

Deux vols désastreux risquent d'aggraver encore la réputation de la compagnie aérienne en faillite American Airlines, déjà plombée par des retards et annulations en série depuis début septembre alors que ses relations avec ses employés se détériorent.


Lundi, un vol Boston-Miami a dû faire un atterrissage d'urgence à New York à cause d'une rangée de sièges qui lâchait.


"Les passagers de la zone affectée ont été déplacés vers d'autres sièges en cabine et l'avion a atterri en sécurité à JFK. Un deuxième appareil a été utilisé pour poursuivre jusqu'à Miami", a indiqué un porte-parole dans un courriel, ajoutant que la compagnie mène une enquête interne et est "en contact avec l'Autorité fédérale de l'aviation (FAA)".


Ce week-end, dans une tribune publiée par le New York Times, un passager décrivait un vol cauchemardesque de 30 heures entre Paris et New York, au cours duquel l'avion avait dû atterrir d'urgence en raison d'un altimètre défectueux. L'embarquement à bord d'un deuxième appareil n'avait pu être effectué, les portes ne s'ouvrant pas, et les passagers avaient été confrontés à des employés au mieux détachés, et au pire complètement incompétents.


"Toi, American Airlines, ne devrais plus faire de vols transatlantiques. Tu n'as pas le savoir-faire. Tu n'as pas l'équipement. Et tes employés ont clairement perdu tout intérêt dans tes opérations", concluait l'écrivain Gary Shteyngart dans ce témoignage.


Sur le même sujet

American Airlines dépasse les attentes au 1er trimestre

American Airlines a engrangé un bénéfice net de 932 millions $ US au premier trimestre.

American Airlines revient au vert

27/01/2015 | AFP

American Airlines Group a renoué avec les bénéfices l'an dernier, grâce à une chute des prix du pétrole.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Pourquoi les Québécois sont-ils les champions de la faillite?

C'est au Québec que l'on compte le plus de faillites et de propositions aux créanciers. Pourquoi?

«Investir plus, si ça marche» n’est pas une bonne stratégie marketing

01/07/2015 | Stéphanie Kennan

BLOGUE. Il y a des phrases que j’ai entendues trop souvent dans ma vie.

Exagère-t-on l'impact de la crise grecque?

01/07/2015 | Jean Gagnon

Les pires scénarios qui surviendraient à la suite d’une sortie de la Grèce de la zone euro sont évoqués. À juste raison?