Google à la recherche de «joueurs étoiles» au Canada

Publié le 16/08/2010 à 06:58, mis à jour le 16/08/2010 à 12:23

Google à la recherche de «joueurs étoiles» au Canada

Publié le 16/08/2010 à 06:58, mis à jour le 16/08/2010 à 12:23

Par La Presse Canadienne

Photo : Bloomberg

Le commerce électronique manque de souffle au Canada, selon le nouveau dirigeant de Google Canada, Chris O'Neill, de sorte que Google projette d'embaucher davantage de personnel pour consolider sa marque de commerce au pays.


Lors d'un entretien téléphonique accordé depuis le siège social du géant de la recherche sur internet, à Mountain View, en Californie, M. O'Neill a indiqué que le message lancé était clair: il est nécessaire d'investir pour favoriser la croissance de l'entreprise au Canada.


Google compte déjà 150 employés au pays, dans ses bureaux situés à Toronto, Montréal, Ottawa et dans la région de Kitchener et Waterloo, en Ontario. M. O'Neill a dit ne pas savoir combien de nouveaux travailleurs la compagnie engagerait, mais les embauches pourraient avoir lieu dans les services de l'ingénierie, des ventes, de la mise en marché et de la politique.


Lui-même ressortissant canadien, M. O'Neill, qui occupera ses fonctions à Toronto, a indiqué être à la recherche de «joueurs étoiles».


Le dirigeant compte également s'assurer que les entreprises canadiennes utilisent davantage les produits et services de Google, et ne se contentent pas d'y faire de la publicité.


Les consommateurs sont très familiers avec Google, a indiqué M. O'Neill, déplorant toutefois que cette reconnaissance ne soit pas aussi prononcée du côté des entreprises.


«J'aimerais que la marque de commerce de Google soit plus forte pour que notre présence au sein de la communauté d'affaires soit plus importante et significative qu'elle ne l'est actuellement», a-t-il dit.


Les deux tiers des détaillants canadiens font du commerce électronique, mais leurs sites web ne génèrent que 5% de leurs ventes totales, selon une étude dont les résultats ont été rendus publics cet été par le Conseil canadien du commerce de détail.


Une autre étude récente laisse entendre que les entreprises ne consacrent que 11% de leur budget de marketing au web.


Aux yeux de M. O'Neill, cela signifie que Google doit multiplier les efforts pour inciter les entreprises canadiennes à se tourner vers le moteur de recherche pour en faire «l'un de leurs trois ou cinq plus importants partenaires d'affaires».


Google pourrait fournir non seulement des espaces de publicité, mais aussi des applications d'entreprise comme les courriels, les cartes Google, le créneau d'affaires Google sur le site YouTube, des opportunités de mise en marché en commun de même que des produits d'intégration, a-t-il affirmé.


Au Canada, Google fera concurrence à Yellow Média (Tor., YLO.UN), éditeur des populaires annuaires en papier et en ligne Pages Jaunes.


«Google est à la fois un partenaire et un concurrent pour Pages Jaunes», a déclaré le président et chef de la direction du Groupe Pages Jaunes, Marc Tellier, lors d'une récente entrevue.


 


 

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick Clérouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, à l'image des FNB? Réponse à notre lecteur