Azzimov et Wajam dans le Top 100 des plus innovantes en Amérique

Publié le 30/05/2012 à 11:17, mis à jour le 04/06/2012 à 13:58

Azzimov et Wajam dans le Top 100 des plus innovantes en Amérique

Publié le 30/05/2012 à 11:17, mis à jour le 04/06/2012 à 13:58

Par Pierre Théroux

Deux jeunes pousses québécoises, Azzimov et Wajam, figurent dans le Top 100 des startups technologiques en Amérique, une liste sélecte d’entreprises les plus innovantes et prometteuses publiée annuellement par le réputé magazine américain Red Herring.


Or, sur cette liste 2012, on compte seulement trois entreprises canadiennes dont les deux jeunes sociétés montréalaises, qui avaient d’abord été choisies finalistes parmi plus de 1000 sociétés candidates.


« Nous revenons de la Californie avec la perception que nous possédons la technologie qui fait l’envie des autres joueurs dans notre créneau », a commenté par voie de communiqué Benoit L’Archevêque, président de Azzimov.


Créée à la fin de 2010, Azzimov affirme avoir repensé le commerce électronique grâce à la conception d’un moteur de recherche pour le magasinage en ligne. M. L’Archevêque est un entrepreneur en série qui a aussi fondé l’agence multimédia Génération-Clik et mis en marché un outil de dons en ligne appelé ODE.


Wajam, l’autre lauréate québécoise lancée en 2009, a créé un moteur de recherche qui fait des liens entre les divers réseaux sociaux.


Par le passé, des entreprises comme Facebook, Twitter, Google, YouTube et eBay ont fait partie de la liste du Top 100 Amérique de Red Herring qui vise à reconnaître les entreprises aux technologies les plus prometteuses.

À la une

À surveiller: New Look, Fiera et Dollarama

Il y a 25 minutes | François Pouliot

Que faire avec les titres de New Look, Fiera Capital et Dollarama?

10 choses à savoir jeudi

Le Canada, le plus endetté au monde, devenez riches pour moins de 100$, cette trottinette-char d'assaut va inspirer BRP!

Budget du Québec: mais pourquoi se met-on toujours à risque?

22/11/2017 | François Pouliot

BLOGUE. L'utilisation de la réserve budgétaire est une grande imprudence. À qui la faute? À nous.