Hydro-Québec et Desjardins veulent un centre de données commun

Publié le 14/02/2013 à 18:34, mis à jour le 16/10/2013 à 15:56

Hydro-Québec et Desjardins veulent un centre de données commun

Publié le 14/02/2013 à 18:34, mis à jour le 16/10/2013 à 15:56

Par Hugo Joncas

Hydro-Québec exploite un centre de données au Complexe Desjardins, mais il n'est plus aux normes. Photo: Benjamin Nault.

Hydro-Québec et le Mouvement Desjardins pensent ouvrir un centre de traitement informatique commun dans le Centre-du-Québec, a appris LesAffaires.com.


La société d’État et la coopérative financière doivent toutes les deux mettre leurs infrastructures de stockage de données à jour. «On participe avec Hydro-Québec à un processus d’appel d’offres pour voir si un tel projet conjoint pourrait être bénéfique, s’il y a des avantages pour l’un et l’autre», explique André Chapleau, porte-parole de Desjardins.


Les deux organisations planchent actuellement sur l’appel d’offres, la date de son lancement n’est pas encore connue.


«Hydro-Québec regarde en ce moment la localisation d'un centre de traitement de données qui pourrait être dans la région du Centre-du-Québec, précise le porte-parole Louis-Olivier Batty. Par ailleurs, ce projet est en analyse conjointement avec Desjardins.»


En obtenant les réponses à l’appel d’offres, les deux partenaires sauront s’ils ont avantage à procéder conjointement ou non.


À la coopérative financière, André Chapleau parle «d’un horizon 2015-2016» pour la construction d’un éventuel centre de données conjoint.


Les partenaires refusent d’en dire plus sur le type de données qu’ils comptent y héberger et l’emplacement précis du futur équipement, pour des raisons de sécurité. «L’emplacement des centrales est tenu secret», dit le porte-parole de Desjardins.


Mise à niveau


À suivre dans cette section

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Le Canada trop exposé au marché immobilier, dit le FMI

Les prêteurs hypothécaires devraient compter moins sur Ottawa pour réduire les risques inhérents au marché immobilier.

L'immobilier stagne au Québec mais reprendra de la vigueur en 2015

La SCHL constate une stagnation de l'immobilier à Montréal, ce qui n'empêchera pas les prix de progresser d'ici 2016.

Sceptique concernant l'inflation

BLOGUE. La situation inflationniste ici en Amérique est fort différente de celle en Europe....