SNC-Lavalin : deux contrats irréguliers poussent Pierre Duhaime vers la sortie

Publié le 26/03/2012 à 06:36, mis à jour le 26/03/2012 à 14:09

SNC-Lavalin : deux contrats irréguliers poussent Pierre Duhaime vers la sortie

Publié le 26/03/2012 à 06:36, mis à jour le 26/03/2012 à 14:09

Par Mathieu Lavallée

Photo : Benjamin Nantel, LesAffaires.com

Deux contrats irréguliers coûtent à Pierre Duhaime son poste de chef de la direction et d’administrateur de SNC-Lavalin. Sa démission est effective immédiatement.


C’est Ian A. Bourne qui prend la relève en tant que vice-président du conseil et chef de la direction par intérim jusqu’à ce qu’un nouveau chef de la direction soit trouvé.


La nouvelle survient alors que le conseil d’administration a dévoilé les résultats de l’enquête indépendante demandée au début du mois et visant des dépenses mal documentées de 35 millions $. Les irrégularités identifiées totalisent finalement 56 millions $.


Selon les conclusions de l’enquête, SNC-Lavalin ne croit pas que ces paiements se rapportent à la Libye, a indiqué l’entreprise dans un communiqué.


L'examen a révélé un rattachement fautif des contrats d'agence à des projets auxquels ils ne se rapportaient pas et la dissimulation de ce fait. On a aussi noté des inscriptions irrégulières de paiements dans les livres comptables et le non respect de la politique sur les agents, ces intermédiaires qui aident SNC à obtenir des contrats.


Lisez tout le sommaire de l'examen indépendant sur LesAffaires.com


L’enquête révèle aussi que M. Duhaime était au courant des gestes posés par un ancien haut dirigeant de l’entreprise, remercié en février dernier, et qui sont à l’origine des irrégularités soulignées par l’examen indépendant.


L'enquête pointe aussi du doigt l’ex-vice-président directeur de la division construction, Riadh Ben Aïssa. Selon l’examen indépendant, ce derier a affirmé avoir embauché un agent en 2009 pour obtenir la participation à un projet spécifique. Cependant, la preuve obtenue par l’enquête n’indique ni la nature des services rendus, les mesures prises par l’agent ou même son identité réelle.


M. Ben Aïssa a ensuite donné des instructions pour ne pas imputer les commissions de cet agent au projet en question. L’ancien dirigeant a aussi donné des instructions visant à ne pas documenter ce contrat de façon conforme à la politique de l’entreprise. Des paiements ont aussi été approuvés de façon non conforme, puisque M. Duhaime les a autorisés après qu'ils aient été refusés par SNC-Lavalin International, qui devait normalement s'en occuper.


Le même procédé a été utilisé pour un autre contrat en 2011, indique l’enquête à laquelle M. Ben Aïssa n'a pas collaboré.


Les résultats du quatrième trimestre 2011 ont été dévoilés en même temps que les résultats de l’examen indépendant. SNC a enregistré un bénéfice net de 76 millions $, ou 50 cents par action, contre un profit de 132,6 millions $, ou 87 cents par action il y a un an.


Les revenus ont toutefois augmenté à 2,1 milliard $, contre 1,8 milliard $ au même trimestre l’an dernier.Le dividende trimestriel a été relevé de 4,8 % pour le porter à 0,22 $ par action pour le quatrième trimestre de 2011.

Sur le même sujet

Dans Les Affaires : les hyperactifs de la gouvernance

15/01/2015 | Les Affaires

Les Affaires commence l’année en force et vous propose son tout premier classement des administrateurs les ...

Premier recensement mondial des administratrices

Édition du 17 Janvier 2015 | Diane Bérard

C'est au Japon qu'on trouve le moins de femmes dans les CA : un pitoyable 3,1 %. Et c'est en Norvège que les conseils ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

De tuile en tuile pour Bombardier et des chicanes à prévoir

31/01/2015 | René Vézina

Bombardier fait régulièrement les manchettes depuis le début de l’année mais pas pour les bonnes raisons.

REER ou RVER : lequel choisir ?

31/01/2015 | Dominique Lamy

Faut-il préférer le RVER, ce nouveau venu, au bon vieux REER?

Dix tendances en tourisme pour 2015

Édition du 31 Janvier 2015 | Martin Jolicoeur

S’il existe une industrie qui n’évolue pas en vase clos, c’est bien celle du tourisme. ...