La Sûreté du Québec impose des compressions à sa division des crimes économiques

Publié le 15/11/2012 à 15:00

La Sûreté du Québec impose des compressions à sa division des crimes économiques

Publié le 15/11/2012 à 15:00

Par La Presse Canadienne

Alors que la population se préoccupe de plus en plus des cas de fraude, la Sûreté du Québec (SQ) impose des compressions budgétaires à sa division des crimes économiques.


Depuis quelques jours, les policiers de cette division ne peuvent plus effectuer de temps supplémentaire, sauf pour de rares exceptions. Comme la plupart des enquêteurs travaillaient régulièrement au-delà de leurs heures normales, les dossiers prennent du retard, a confié une source bien informée à La Presse Canadienne sous le couvert de l'anonymat.


Des coupes viennent également d'être décrétées en ce qui a trait aux dépenses de formation, de déplacements et de repas. Seules les demandes jugées essentielles sont désormais autorisées.


Une porte-parole de la SQ, Christine Coulombe, a confirmé jeudi qu'en raison du "contexte économique" actuel, "des choix budgétaires ont dû être faits". Le corps policier "révise ses façons de faire" et cherche à "faire mieux à coûts moindres", sans toutefois nuire aux services à la population et aux enquêtes, a-t-elle assuré.


La division des crimes économiques enquête notamment sur des affaires de fraude, d'abus de confiance, de télémarketing frauduleux et d'usurpation d'identité à des fins de détournement de fonds.


Pour l'instant, l'Unité permanente anticorruption, qui regroupe des membres de plusieurs corps policiers, et l'escouade Marteau, une entité de la SQ qui cible l'industrie de la construction, ne seraient pas touchées par les compressions budgétaires.

Sur le même sujet

Tintin: Moulinsart perd une partie des droits

08/06/2015 | AFP

Connue pour être très agressif dans la protection de l'oeuvre d'Hergé, Moulinsart SA vient de perdre certains droits...

Caissière licenciée pour une erreur de virgule: l'employeur condamné

29/05/2015 | AFP

Les faits remontent à mars 2012: une caissière avait enregistré un bon de réduction de 60 € qui valait en fait 0,60 €...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Le marché a plus besoin de croissance que de liquidités

Les Bourses ont du mal à se ressaisir parce que l’incertitude règne quant aux perspectives pour l'économie mondiale.

10 erreurs fatales lors d'un «pitch»

BLOGUE. Parler trop de soi et de son produit plutôt qu'expliquer comment on créera de la valeur, ça ne paie pas.

Dollarama entre dans le club sélect de la Bourse de Toronto

Avec moins de six ans en Bourse, le détaillant montréalais se hisse dans l'indice TSX 60