Perquisition aux bureaux de SNC-Lavalin: l'action chute

Publié le 13/04/2012 à 13:09, mis à jour le 13/04/2012 à 16:02

Perquisition aux bureaux de SNC-Lavalin: l'action chute

Publié le 13/04/2012 à 13:09, mis à jour le 13/04/2012 à 16:02

Par La Presse Canadienne

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a perquisitionné vendredi au siège du grand groupe d'ingénierie canadien SNC-Lavalin à Montréal, soupçonné d'avoir profité de ses relations étroites avec le régime de Mouammar Kadhafi, a constaté un journaliste de l'AFP.


Tous les accès au siège du groupe dans le centre-ville étaient fermés et des agents de police se trouvaient dans l'entrée de la tour de SNC-Lavalin qui abrite aussi le consulat des Etats-Unis et un restaurant.


Un porte-parole de la (GRC) a confirmé que la police fédérale effectuait une perquisition au siège social du groupe.


"Une enquête est en cours", a dit à l'AFP le sergent Marc Ménard, précisant que la GRC ne ferait pas d'autres commentaires sur cette affaire.


Selon des témoins, des agents ont commencé à perquisitionner en fin de matinée vendredi. "J'ai voulu aller au restaurant ce midi, mais l'édifice était complètement fermé", a indiqué un témoin.


Le géant canadien, présent dans une centaine de pays, a connu récemment des difficultés ayant conduit à la démission de son PDG Pierre Duhaime fin mars après la découverte de versements illicites totalisant 56 millions de dollars qu'il a autorisés contre l'avis de son directeur financier.


Les bénéficiaires de ces versements illicites demeurent inconnus. Et SNC-Lavalin assure qu'ils n'ont aucun lien avec ses activités en Libye du temps du colonel Mouammar Kadhafi, malgré les affirmations contraires de plusieurs médias.


Deux hauts responsables du groupe impliqués dans les contacts avec la Libye, Riadh Ben Aïssa, vice-président en charge de la division construction, et Stéphane Roy, vice-président aux finances de la même division, avaient quitté la société en février.


La police "exécute un mandat de perquisition dans le cadre de l'enquête sur certains individus qui ne sont pas ou ne sont plus employés par la société", a indiqué SNC-Lavalin dans un bref communiqué.


Le groupe "coopère pleinement avec toutes les enquêtes concernant cette affaire ou toute autre affaire et a l'intention de répondre à toutes les requêtes des autorités", a ajouté la société.


Les autorités avaient mené en septembre une perquisition dans les bureaux de SNC-Lavalin en banlieue de Toronto dans le cadre d'une affaire de corruption présumée relative à un projet de pont au Bangladesh financé par un prêt de la Banque mondiale. 


A la Bourse de Toronto, le titre de SNC-Lavalin perdait 4,84% à 38,13 dollars canadiens (autant en USD) en fin de séance vendredi. La valorisation boursière du groupe avoisine six milliards de dollars.


Lire notre dossier Tout sur la crise chez SCN-Lavalin



À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Moins de plaintes à l'AMF en 2013-2014

Pour l’année 2013-2014, 1 459 plaintes ont été reçues à l'Autorité des ...

La justice sans se ruiner

Édition de Octobre 2014 | Steeve Proulx

Engager une poursuite contre un voisin pour une clôture ou contre un commerçant pour un produit ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.